Vincent Collet, sélectionneur de l'Equipe de France de basket : "La Marseillaise a servi d'exutoire à toute la frustration du basket tricolore"

écouter (125min)

Tous les samedis de l'été des champions du sport français viennent dévoiler leur vision de la Marseillaise à travers leur parcours, leurs souvenirs et anecdotes. Yann Bouchery reçoit Vincent Collet, le sélectionneur de l'Equipe de France de basket.

Article rédigé par
Yann Bouchery - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vincent Collet, le sélectionneur de l'Equipe de France de basket. (THOMAS COEX / AFP)

Vincent Collet dirige Tony Parker et ses coéquipiers en bleu depuis 2009, ils ont décroché le titre de Champions d'Europe en 2013 et la médaille d'argent aux derniers Jeux Olympiques de Tokyo en 2021, battus en finale par les États-Unis. Le sélectionneur de l'Équipe de France de basket entraîne également l'équipe des Métropolitains 92, le club de Levallois.

Natif de Seine-Maritime, Vincent Collet commence le basket dès son plus jeune âge, et à 13 ans il va vivre une expérience déterminante dans l'accomplissement de son destin. En 1976, Guy Drut devient Champion Olympique du 110 mètres-haies à Montréal. Le petit Vincent se trouve devant sa télévision, et "La Marseillaise" en l'honneur du Français va déclencher quelque chose dont il se remémore encore les sensations, la chair de poule, les poils qui se dressent.

Une Marseillaise a capella inoubliable à Belgrade

À cet instant, le Normand se dit qu'avec de la détermination, si on met tous les atouts de son côté, on peut réaliser ses rêves, et il suivra ces préceptes pour atteindre l'équipe de France, non pas en tant que joueur mais sélectionneur, dont il occupe le poste depuis 2009.

Parmi les "Marseillaise" qui comptent le plus pour lui figure le premier titre du basket français, champion d'Europe en 2013 en Slovénie avec Tony Parker et sa bande. Ce jour-là dit-il : "La Marseillaise a servi d'exutoire à toute la frustration emmagasinée depuis tant d'années par le basket tricolore". Inoubliable également, l'hymne national interprété autour du médecin des Bleus, en 2015, à Belgrade, parce que la bande-son ne voulait pas partir. Chanteur dans une chorale, le docteur a pris le micro avec le staff autour de lui et ils ont entonné une "Marseillaise" a capella devant 20 000 supporters serbes interloqués et qui leur ont réservé un tonnerre d'appaudissement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.