JO 2021 : mais quel est ce robot terrifiant qui enchaînait les paniers de basket à la mi-temps de France-Etats-Unis ?

Un lancer franc, un tir à trois points, un tir depuis la moitié du terrain. Le robot basketteur a fait sensation sur le parquet de la Saitama Super Arena, à la mi-temps de France-Etats-Unis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le robot Cue lors de la mi-temps du match entre la France et les Etats-Unis, dimanche 25 juillet 2021 à Tokyo (Japon). (THOMAS COEX / AFP)

Soyons honnêtes, il fait un peu peur. Avec ses gros muscles et sa tête de serpent, le robot basketteur "CUE" a créé la sensation lors de la mi-temps de France-Etats-Unis, dimanche 25 juillet à la Saitama Super Arena. Tout droit sorti d'une rencontre entre Terminator et Space Jam, ce monstre aligne les paniers avec la même facilité qu'Evan Fournier. Il faut dire que cet humanoïde répète depuis trois ans, chouchouté par les ingénieurs en robotique du groupe Toyota. Son tir à une seule main est certes atypique, mais la qualité du "fouetté" est stupéfiante. Une journaliste du San Francisco Chronicle était aux premières loges pour assister cette performance excitante et intimidante.

Cet arrière porte fièrement le numéro 95 sur son maillot. Le "9", car il s'agit d'un homonyme de "CUE" en japonais (que l'on pourrait traduire par "Signal"). Le "5", car plusieurs versions l'ont précédé dans la quête du panier parfait. Le premier "CUE", en 2018, se contentait de lancers-francs, puis son successeur s'est attaqué aux tirs à trois points. En avril 2019, "CUE 3" réussissait des shoots depuis la moitié du terrain. Ce grand-père est surtout célèbre pour avoir inscrit 2 020 lancers francs consécutifs, une performance de plus de six heures qui lui a ouvert les portes du Guiness Book des records (en anglais). "L'idée est née avec le manga Slam Dunk", expliquait alors l'ingénieur Tomohiro Nomi. "Le personnage principal, Hanamichi Sakuragi, s'entraîne à tirer 20 000 paniers."

Les coups de "CUE" ne doivent rien au hasard. De petits moteurs sont placés sur chacun des axes et une caméra enregistre les données de distance, permettant à l'intelligence artificielle d'adapter le geste. Un radar permet également d'intégrer des données en trois dimensions. Ce robot humanoïde est toutefois condamné à rester sur le banc en raison de son incroyable lenteur de déplacement et de tir, avec environ 15 secondes de préparation. Le pivot français Rudy Gobert aurait le temps de finir une grille de mots fléchés avant de claquer un contre. Pour le moment.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Basketball aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.