JO 2021 - Athlétisme : le sprinteur kényan Mark Odhiambo testé positif à un contrôle antidopage et suspendu avant les séries du 100 m

C'est le deuxième cas de dopage détecté pendant les Jeux olympiques de Tokyo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mark Odhiambo (en rouge) lors des championnats du monde d'athlétisme à Londres, en 2017. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Mark Odhiambo était absent au départ du 100m, samedi 31 juillet à Tokyo. Testé positif à la méthastérone et ses métabolites (stéroïdes), le spinteur kényan a été suspendu provisoirement par l'agence internationale de contrôles (ITA), responsable du programme antidopage aux JO. L'échantillon a été prélevé le 28 juillet à Tokyo selon le communiqué de l'ITA. Mark Odhiambo, de son côté, a annoncé saisir le tribunal arbitral du sport.

Deuxième cas pour le Kenya depuis 2000

À 28 ans, le sprinteur devient le deuxième cas de dopage concernant un sportif kényan dans l'histoire des Jeux olympiques. En 2000, c'est Simon Kemboi qui avait été exclu des Jeux de Sydney avant de disputer le relais 4x400m. C'est aussi le deuxième cas de la journée dans le sprint après la Nigériane Blessing Okagbare un peu plus tôt, suspendue provisoirement à la suite d'un contrôle positif à l'hormone de croissance.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Athlétisme aux Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.