Lectra : l'innovation à la française dans la découpe des tissus

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 09/05/2013Durée : 00h40

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour résister à la concurrence chinoise, la clé c'est l'innovation. Lectra, entreprise 100 % made in France, est la championne mondiale de la découpe des tissus.

Daniel Harari peut avoir le sourire. Sa petite entreprise girondine est leader mondiale Chaque machine embarque l'équivalent de 6 ordinateurs. Une analyse directe du tissu pour une découpe sur mesure, plus rapide et plus précise. Les industriels du textile, de l'automobile ou de l'ameublement s'arrachent ces machines. Mais tout n'a pas toujours été aussi idyllique. En 2006, l'entreprise fabrique du bas de gamme et perd de l'argent. Une partie des 600 salariés est au chômage partiel. Se pose alors la question de délocaliser en Chine.

Nos concurrents fabriquaient en Chine a des coûts bien plus bas. Pour rester en France, nous devions monter en gamme, et investir dans l'innovation.

L'entreprise se met à fabriquer des produits haut de gamme, Coût d'une machine : de 200.000 à 1 million d'euros.

Elle ne tombe jamais en panne, et elle découpe des sièges automobile pour pratiquement toutes les marques du monde. Celle-ci part en Chine.

Non seulement l'entreprise ne subit plus la concurrence en Chine, mais elle y a gagné des parts de marché ! Daniel Harari écoule ses machines dans une centaine de pays. Mais les salariés pensent toujours à la menace chinoise. ou ce qu'on allait devenir.

On s'est rendu compte qu'en France on est aussi performant qu'un Chinois Quand on a les moyens, on peut même mieux faire qu'un Chinois.

Pour préserver les emplois en France, l'entreprise n'a qu'un credo : investir et innover. En 6 ans, elle a réinjecté plus de 120 millions d'euros dans la recherche scientifique.

On est au sein du Centre de recherche avancée. On a 220 ingénieurs sur site à Bordeaux : en mécanique, électronique, informatique.

Les effectifs devraient croître. D'ici à 2015, l'entreprise prévoit d'embaucher 200 salariés de plus.

Le JT
Les autres sujets du JT