Cet article date de plus de huit ans.

Justice : le procès d'André Bamberski

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Le gouvernement veut aussi lutter contre les arnarques à la TVA. La fraude à la TVA a représenté l'an dernier 10 milliards d'euros.

Un procès hors norme a débuté ce matin. André Bamberski, 76 ans, comparaît pour avoir commandité un enlèvement. Pendant des années, il a tout fait pour que le meurtrier de sa fille, qui vivait en Allemagne, puisse être jugé en France, jusqu'à organiser un kidnapping. Aujourd'hui, il risque 5 ans de prison, mais il ne regrette rien.

André Bamberski, 76 ans, est arrivé au tribunal de Mulhouse, d'un pas lent. Il a laissé son avocat s'exprimer pour lui.

S'il y a quelqu'un qui respecte la justice, c'est bien M. Bamberski. Il a agi pour satisfaire à son devoir de père, et aussi, pour permettre à la justice d'accomplir son devoir. Il arrive devant la justice dans le respect. Et comme tout justiciable, il la redoute.

André Bamberski est poursuivi pour l'enlèvement et la séquestration du Dr Krombach qu'il a réussi à faire condamner pour le meurtre de sa fille Kalinka. Il est persuadé d'avoir pris la bonne décision.

Cet acte je l'assume. Je suis extrêmement reconnaissant. Je suis honteux de ne pas avoir eu le courage de le faire moi-même.

D. Kombach, incarcéré à la prison dé la Santé, cette fois partie civile, n'assistera pas au procès, en raison de son état de santé.

Il attend juste qu'on le reconnaisse en qualité de victime. C'est difficile quand on est innocent comme il le crie, d'attendre quelque chose d'une justice qui l'a condamné, en violant de manière incroyable le droit européen.

3 autres prévenus comparaissent aux côtés d'André Bamberski, et notamment, Anton Krasniqi, un Kosovar. C'est lui avec deux complices, qui auraient enlevé le médecin en 2009. Ce matin, les hommes de main ont reconnu l'enlèvement du docteur tout en minimisant les coups portés. André Bamberski, lui, risque 5 ans de prison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.