Invité : Sylvain Tesson : "D'ombre et de poussière"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 06/06/2013Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

d'être en Afrique parce qu'il y a des zèbres.

Ça te plaît.

Oui.

Mathis et Marin immortalisent chaque instant. Ils visitent ce zoo avec leur père. Après les autruches, direction les singes.

Regarde Marin, il fait comme les pompiers.

Le clou du spectacle se passe dans ce tunnel. Les rois de la savane attendent leur goûter. Des fauves de plus de 100 kg qui dégustent leur repas au-dessus de la tête des enfants. Mathis a du mal à se remettre du spectacle. on a cru que le lion allait nous manger.

Le parc héberge 163 espèces, de quoi fasciner petits et grands.

Globe-trotter insatiable, il a semé ses semelles de vent en Siberie, en Mongolie ou au Tibet. Chaque aventure a fait l'objet d'un récit. Cette fois, c'est l'expérience des soldats français en Afghanistan. Voici maintenant l'invité des Cinq Dernières Minutes. Cet invité, c'est Sylvain Tesson. Merci d'être avec nous pour "D'ombre et de poussière" chez Albin Michel. Vous avez écrit les textes, les photos sont signées Thomas Goisque. Tous deux, vous êtes allés sur le terrain avec les militaires français.

Sylvain Tesson : Oui, à partir de 2001, quand les talibans ont été renversés.

Sylvain Tesson : les Français se sont déployés et il y a eu jusqu'à 70 000 hommes sur place.

Elise Lucet : On voit tous les aspects de la vie de ces soldats. La découverte, les rencontres, les manoeuvres.

Sylvain Tesson : Oui, on s'est aperçu que c'était une guerre d'une grande complexité. D'abord, elles se jouent au sein de la population et le terrain est très incertain. Le renseignement était aussi important que la frappe. Ces missions s'entremêlent et on marche sur des oeufs.

Elise Lucet : Qu'est-ce qui vous a frappé dans la mission de ces soldats français en Afghanistan.

Sylvain Tesson : Le plus marquant, c'est que c'est une guerre qui doit faire la part belle aux renseignements. Et dopnc, il faut beaucoup de subtilités dans cette guerre, sans choc. C'est une guerre qui se joue dans un labyrinthe. Les règles ne sont pas les mêmes pour tous.

Elise Lucet : C'était un projet avec le photographe Thomas Goisque. Vous l'aventurier, lui plus proche de l'armée. C'est une drôle d'alchimie.

Sylvain Tesson : Au fond, nous sommes des voyageurs. On aime partir et rencontrer des hommes très différents. Hélas, la guerre est l'un des états qui révèle le plus l'homme. Elle exacerbe tous les semntiments , les bons et les mauvais. Si on veut comprendre l'homme, il faut parfois le voir se battre.

Elise Lucet : Vous n'avez pas eu peur qu'on vous accuse de faire un livre de propagande pour l'armée française.

Sylvain Tesson : Il n'y a pas de volonté chez Thoma d'esthétiser la guerre. Il y a un juste milieu entre la propagande et le sarcasme. On essaie juste de témoigner. Vous parlez des soldats français.

Sylvain Tesson : C'est un pays de désert et d'oasis.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==