Invité : René Pétillon, dessins d'humour

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 18/09/2013Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Pendant des décennies, on a découvert ses dessins dans de nombreux journaux, comme autant de bulles d'ironie, et c'est toujours le cas dans le Canard enchaîné. Mais il a aussi, à ses côtés, un personnage qu'on adore, inspecteur de police à l'imper trop grand, mi-Colombo mi-Groucho Marx. Après avoir semé la pagaille en Corse, on le retrouve pour sa dernière enquête en Bretagne. Voici l'invite des Cinq Dernières Minutes. Cet invité, c'est René Pétillon. Bonjour, vous venez nous parler de votre dernière BD. On retrouve le célèbre inspecteur Palmer en Bretagne. L'album est sorti il y a quelques jours chez Dargaud. Pourquoi l'inspecteur Palmer en Bretagne.

René Petillon : Il y a très longtemps que je voulais l'emmener en J'en suis originaire et la région est spectaculaire a dessiner. J'étais a la recherche d'un sujet et je voulais traiter de l'art contemporain.

Elise Lucet : C'est aussi une manière de dire Etj'avais besoin d'une côte rocheuse que vous n'avez pas peur de vous moquer de votre belle région.

René Petillon : Bien entendu, je me suis appuyé sur des souvenirs, car j'ai vécu là-bas J'y ai vécu longtemps et des personnalités sont assez spectaculaires Je ne me suis pas privé du plaisir de les faire entrer dans l'histoire.

Elise Lucet : dites-nous ce qui va lui arriver a l'inspecteur Palmer. Il va rencontrer des Bretons, mais au début de l'album, il est avec une autre femme.

René Petillon : Il est engage comme garde du corps d'un milliardaire. Il est pratiquement aussi incapable d'être garde du corps que détective. 9a foire un peu et se retrouve mêle à un milieu qu'il ne connaît pas C'est un milieu de milliardaires en week-end. Il n'a rien à faire dans ce milieu. Il se passe quelque chose d'inattendu et ses talents de détective pourraient être mis en oeuvre. Mais il en est empêché je ne dirais pas pourquoi. Il est incapable de communiquer ce qu'il sait bien qu'il comprenne tout.

Elise Lucet : On se bat à coups de millions, d'hélicoptères. On sort les homards pour dîner, mais au milieu de ce beau monde, il y aussi des hommes du cru, un meurtre et donc une enquête.

René Pétillon : Oui, il y a la confrontation entre ces gens privilégiés et ceux du cru qui sont employés, pêcheurs. Ce genre de rapports crée des relations artificielles ou conflicteulles. Il y a des problèmes d'incompatibilité entre la propriétaire du manoir et son cuisinier.

Elise Lucet : Vous y allez fort sur la Bretagne. Tout y est, l'alcool, les algues vertes, les Fest Noz. Vous n'êtes pas tendre avec votre région.

René Pétillon : Je ne pouvais pas ne pas traiter de ce qui se passe aujourd'hui. C'est tendu en Bretagne entre les productivistes et ceux qui défendent l'eau. C'est un sujet dont je voulais parler et si ça eput permettre de lancer la discussion. Ça communique pas bien entre ces gens. L'inspecteur intervient très peu mais c'set une présence apaisante.

Elise Lucet : Et Palmer dans tout cela, c'est quoi ? Comme pour l'enquête corse, il est le révélateur de certains travers de la population locale ou parisienne, d'ailleurs.

René Pétillon : J'aime bien l'idée du révélateur, c'est ça. Dans toute histoire policière, le détective est un révélateur Lui par sa passivité et son manque d'implication, il fait avancer l'histoire malgré lui. les gens sont obligés de se découvrir davantage face a lui.

Elise Lucet : Vous êtes surpris du succès de l'inspecteur Palmer? Vous vous y attendiez lorsque vous l'avez créé il y a 30 ans.

René Pétillon : Oui ça m'a surpris. Quand j'ai créé Palmer en 74, c'était une petite histoire pour Pilote. Le personnage a plu et on m'en a demandé d'autres. "Palmer en Bretagne" de René Pétillon chez Dargaud.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==