Invité : Allain Bougrain-Dubourg : "Dictionnaire passionné des animaux"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 29/05/2013Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

"Les aigles de Provins", un feuilleton signe Vivien Roussel, Aurelie Jeannot et Ina Palmer. La suite, demain.

Quand il était enfant, il préférait faire le portrait d'un oiseau, plutôt que des dictées ou des mathématiques. Cette passion des animaux ne l'a jamais quitté. L'invité des 5 Dernières Minutes est Allain Bougrain-Dubourg, journaliste, réalisateur, producteur. Vous publiez votre "Dictionnaire passionné des animaux". Cette passion des animaux a débuté quand vous étiez enfant. Vous êtes tombe amoureux de la vipère aspic. Quelle drôle d'idée.

Allain Bougrain-Dubourg : Oui, j'avais 12 ans, j'étais a la Rochelle, et le Muséum travaillait sur les serpents Avoir uen vipère avec son venin c'était un défi, un peu provocateur. J'ai découvert que ces animaux étaient utiles. Ça a été un engaggement pour la faune sauvage.

Sophie Le Saint : Dans ce livre, vous nous emmenez dans votre univers, sous la forme d'un abécédaire. On va s'arrêter avec vous sur quelques lettres. On commence par le A, comme araignée, Allain Bougrain-Dubourg : Oui, parce qu'elle refait sa maison quasiment tous les jours. Elle a un savoir-faire extraordinaire. L'homme s'inspire des fils d'araignée aujourd'hui. La nature nous donnes des modèles. C'est un exemple parmi d'autres.

Sophie Le Saint : Vous aimez bien aussi les alligators.

Allain Bougrain-Dubourg : Je les ai rencontrés en Amérique du Sud.

Sophie Le Saint : Ce livre est rempli d'anecdotes et de souvenirs. J'aime bien celui sur la fourmi. Vous pouvez nous le raconter.

Allain Bougrain-Dubourg : Les fourmis, en Australie, j'étais enrhumé etj'étais avec un Aborigène. Il a pris une feuille d'eucalyptus couvertes de fourmiis. Il m'a dit tu le manges et ça a marché. Les insectes sont la recommandation de protéines face aux difficultés alimentaires de la planète A cause dse élevages surréalistes industriels et la surpêche.

Sophie Le Saint : Vous consacrez aussi un chapitre aux bactéries. Il y en a 100.000 milliards et elles sont indispensables ? avez 450 espèces de bactéries dasn votre bouche. Il y a des bactéries redoutables mais aussi d'autres qui participent de l'équilibre. On a tendance a s'attarder sur les animaux emblématiques, N'oublions pas les plus petits du vivant. dans un mètre carré de terre, s'il n'y avait pas de micro-organismes, on ne serait rien.

Sophie Le Saint : Vous restez l'homme de télévision qui nous emmenait à l'autre bout du monde. Souvent, au cours de vos périples, il vous arrivait quelque chose.

J‘ai fini, j'ai eu qu'une fille, je n'en aurai pas d'autre.

Ces lionceaux ont une histoire. Aïe ! Putain.

Il charge, il charge ! Tire-toi.

. De protection. J'ai eu peur! (rugissements de lion.

Sophie Le Saint : Que ressentez-vous quand vous revoyez ces images ? Allain Bougrain-Dubourg : Ça me fait toujours marrer de voir ça. Quel bonheur, c'était spontanné Avec la chance que j'ai eue de faire de ma passion un métier J'ai cotoyé des animaux dans des circonstances etrêmes. C'est normal qu'il y ait des conséquences de cette nature.

Sophie Le Saint : Tous ces animaux, vous les aimez, ça se sent. Y en a-t-il un qui a votre préférence.

Allain Bougrain-Dubourg : J'ai eu des préférences pour les serprents et les rapaces, mal aimés. Aujourd'hui, c'est le vivant, la biodiversité qui m'intéresse. Une espèce de batracien sur 3 disparaît. Une espèce de mammifère sur 4 disparaît, on est dans l'urgence. Il en va de l'intérêt de l'homme.

Sophie Le Saint : vous êtes président de la Ligue de protection des oiseaux, depuis 27 ans. Ce combat, c'est dans votre ADN, vous ne baissez jamais les bras ? Je me souviens que pour faire respecter le droit de braconner dans le Médoc, c'était complique Je pensais que la loi allait s'imposer de fait, il a fallu 20 ans pour faire appliquer le droit. Le préjudice écologique suite à, l'Erika, c'est 11 ans de procédure. Au moment où je vous parle, on continue de braconner les ortolans dans les Landes. On va voir ce qui se passe. C'est un peu désespérant qu'on ne puisse faire respecter le droit.

Sophie Le Saint : Merci, Allain Bougrain-Dubourg, d'être venu nous parler de votre "Dictionnaire passionne des animaux", publié aux Editions Delachaux et Niestlé.

Le JT
Les autres sujets du JT