INFO FRANCE BLEU. YouTube ferme la chaîne du groupe Les Brigandes après des signalements pour incitation à la haine

Les vidéos de ce groupe de musique aux paroles violemment xénophobes et soupçonné de dérives sectaires ne sont plus disponibles sur YouTube. 

Extrait d\'une vidéo postée sur YouTube d\'un clip des Brigandes, \"Le Grand remplacement\".
Extrait d'une vidéo postée sur YouTube d'un clip des Brigandes, "Le Grand remplacement". (CAPTURE D'ECRAN)

La chaîne du groupuscule identitaire à tendance sectaire Les Brigandes a été fermée par la plateforme YouTube, le 11 février dernier, révèle France Bleu Hérault vendredi 1er mars après un nouveau signalement pour incitation à la haine sur l'une de leurs vidéos. L'intégralité des 70 clips de leur chaîne, qui totalisaient dix millions de vues, a ainsi disparu. "On s'y attendait", a indiqué le porte-parole du groupe.

"Nous sommes clean" 

Les Brigandes, installées depuis 2015 à la Salvetat-sur-Agoût dans l'Hérault, est un groupe identitaire soupçonné de dérives sectaires, qui s'est fait connaître grâce à ses chansons. Les Brigandes ont accumulé sur YouTube des dizaines de clips contre l'impérialisme américain, les juifs, les islamistes, et voient en Vladimir Poutine "le sauveur d'une Europe catholique et blanche". Dans leurs clips, on peut voir sept femmes masquées de loups et habillées de costumes kitsch, qui chantent sur des airs pop des paroles violemment xénophobes, plébiscitées des milieux d'extrême droite.

Dès qu'on a un discours qui sort du politiquement correct, on est censuré. Dès qu'on critique, on s'attire une certaine hostilitéAntoine Duvivier, porte-parole des Brigandesà France Bleu Hérault

"Il n'y a aucune incitation à la haine dans nos clips. Nous n'avons aucune plainte à ce jour contre nous. Aucun interrogatoire de gendarmerie. Il n'y a rien contre nous. Nous sommes clean", a assuré à France Bleu Hérault Antoine Duvivier, le porte-parole des Brigandes. Après la fermeture de leur chaîne par YouTube, le groupe a décidé de mettre en veille son blog ainsi que son site internet.

Cette fermeture, "c'est une première victoire", pour Jean-Pascal Michel, le représentant local de la Ligue des droits de l'Homme.

Par ailleurs, le préfet de l'Hérault précise avoir fait un signalement l'année dernière auprès du procureur de la République de Montpellier. Selon lui, Les Brigandes est un groupe féminin de "rock identitaire" qui vit en vase clos et qui ne se distingue pas par des désordres particuliers : c'est ce qu'il a indiqué la semaine dernière lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire sur les groupuscules d'extrême droite.

Les Brigandes à l'anniversaire de Jean-Marie Le Pen

D'après la Ligue des droits de l'Homme, les gendarmes de l'Hérault, missionnés par la préfecture, seraient venus mercredi dans la commune de La Salvetat-sur-Agoût pour constater des actes antisémites, notamment des gravures de croix gammées et des intimidations nocturnes sur des personnes ciblées à leur domicile. En janvier dernier, un habitant du village a déposé plainte contre le groupuscule pour "agression".

Extrait d\'une vidéo postée sur YouTube de l\'anniversaire de Jean-Marie Le Pen le 30 juin 2018 à Montretout avec le groupe \"Les Brigandes\".
Extrait d'une vidéo postée sur YouTube de l'anniversaire de Jean-Marie Le Pen le 30 juin 2018 à Montretout avec le groupe "Les Brigandes". (CAPTURE D'ÉCRAN)

En juin 2018, le groupe Les Brigandes avait été invité par Jean-Marie Le Pen, chez lui dans les Hauts-de-Seine, pour animer la soirée d'anniversaire organisée pour ses 90 ans. Une de leurs chanson s'intitule "Monsieur Le Pen".