Cet article date de plus de quatre ans.

SFR : la CGT appelle à la grève contre la suppression de 5 000 postes

Le syndicat appelle en particulier le salariés de Saint-Denis, de Lyon, de Marseille et de Nantes à se mobiliser devant les sites et les boutiques de l'opérateur téléphonique, mardi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une enseigne SFR, photographiée à La Rochelle (Charente-Maritime), le 28 juillet 2016. (CITIZENSIDE / FABRICE RESTIER)

Le syndicat CGT de l'opérateur télécom SFR appelle, mardi 6 septembre, tous les salariés à se mobiliser partout en France contre les suppressions de postes annoncées par la direction cet été.

Le syndicat appelle en particulier les salariés de Saint-Denis, de Lyon, de Marseille et de Nantes à se mobiliser devant les sites et les boutiques. Au total, 5 000 emplois sont concernés d'ici à 2019, soit un tiers des effectifs, mais sans licenciement secs.



Deux plans de départs volontaires d'ici 2019

Fin juillet, les salariés ont appris qu'ils ne seraient plus que 10 000 d'ici trois ans, alors que 15 000 travaillent pour l'opérateur téléphonique à l'heure actuelle. D'ici 2019, deux plans de départs volontaires seront mis en œuvre. Le premier, qui concerne le réseau distribution, débutera à l'automne. Le second débutera l'été prochain. Les salariés volontaires toucheront deux mois et demi de salaire par année d'ancienneté.

La direction de l'entreprise, propriété de l'homme d'affaires Patrick Drahi, a négocié ces modalités avec la CFDT et l'Unsa mais pas avec la CGT, qui refuse toute suppression de postes. De son côté, la CFE-CGC juge la grève prématurée, et a préféré attaquer l'entreprise sur le terrain judiciaire pour "délit d'entrave" et "escroquerie". Pour le syndicat des cadres, la direction n'a pas respecté son engagement de préserver l'emploi après le rachat de SFR.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.