Fracture numérique : un village coupé du monde dans le Gard

Dans les zones blanches, privées de haut débit, les habitants se sentent coupés du monde. Il règne comme un sentiment d'isolement et d'inégalités. Exemple à Saint-Sauveur-Camprieu, dans le Gard.

FRANCE 3

À Saint-Sauveur-Camprieu, tout au nord du Gard, la communication avec l'extérieur est compliquée. En décembre, la commune a été coupée du monde à la suite d'un problème sur un pylône téléphonique. "Ça a duré un mois, un mois sans avoir de portable, c'était au moment de Noël", se désole le maire, André Boudes. Il ne se passe pas une semaine sans que Saint-Sauveur-Camprieu ne reçoive la visite d'un technicien. Le réseau filaire est vétuste, mais comme la fibre doit arriver en 2022, France Télécom ne semble pas pressée pour engager des travaux. Pour celles et ceux qui voudraient travailler au pays, rien n'est simple.

270 habitants coupés du monde

En mairie, à l'heure de la dématérialisation, tout est plus compliqué. Le papier est encore roi, mais il y a plus inquiétant. "On n'a supprimé les postes de fixes, comment on fait ?", illustre Viviane Bastide, secrétaire de mairie. Jean-Paul a des soucis de santé, il vient depuis 14 ans à Saint-Sauveur-Camprieu. Depuis quelque temps, il n'a plus de téléphone fixe. Ce sentiment d'être un habitant de seconde zone, il ne l'admet pas. Une incompréhension partagée par le maire de ce village de 270 habitants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un téléphone portable dans le métro parisien, le 25 août 2016. (Photo d\'illustration)
Un téléphone portable dans le métro parisien, le 25 août 2016. (Photo d'illustration) (BERTRAND GUAY / AFP)