Chine : l'exploitation des données par les BATX

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
we demain
FRANCEINFO
Article rédigé par
P. Loison - franceinfo
France Télévisions

Une partie de la population en France se méfie des outils digitaux mis en place pour combattre ou prévenir le Covid-19. Le magazine "We Demain" publie un article sur l'exploitation des données par la Chine.

Armelle Oger, journaliste pour We Demain, parle dans le 23h de franceinfo mercredi 26 mai du reportage du magazine sur l'exploitation des données par la Chine par les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi), l'équivalent des GAFA aux Etats-Unis. Par exemple, elle explique que l'application WeChat de l'entreprise Tencent "embarque systématiquement le passeport sanitaire dans un but de surveillance". Elle ajoute qu'un "serveur analyse tous les messages, les passe au scanner de ce qui est bien et de qui n'est pas bien. Et quand ce n'est pas bien, c'est directement la police".

Alibaba, géant de la vente en ligne, "travaille aussi pour la police et l'armée", note-t-elle. L'entreprise est à l'origine d'une application de reconnaissance faciale, qui sert notamment à identifier les Ouïghours.

Censure et surveillance

"Les mots-clefs de ces quatre géants du numérique chinois sont la surveillance et la censure. Et ils ont des ambitions planétaires", prévient Armelle Oger.

Et les dirigeants eux-mêmes ne sont pas à l'abri des sanctions. "Jack Ma, le fondateur d'Alibaba, a disparu pendant près de trois mois après avoir fait un commentaire sur les autorités de régulation financière chinoises. Ensuite, il est réapparu, s'adressant à distance à des enseignants. Il a subi une rééducation", raconte la journaliste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Téléphonie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.