Cet article date de plus de sept ans.

Bouygues Telecom : les syndicats craignent la suppression de 1 500 à 2 000 postes

L'opérateur rencontre des difficultés à cause de la concurrence et du rachat manqué de SFR, selon les informations du "Figaro Economie", lundi 12 mai.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de Bouygues Telecom, en mars 2014 à Paris.  (BOB DEWEL / ONLY FRANCE / AFP)

Entre 1 500 et 2 000 postes pourraient être supprimés chez Bouygues Telecom, selon les craintes des organisations syndicales du groupe, révèle lundi le Figaro Economie. Actuellement, Bouygues Telecom emploie 9 000 salariés. Les suppressions de postes représenteraient donc 23% des effectifs.

Le nombre d'abonnés en chute

Cette vague massive de licenciements fait suite à l'échec récent du rachat de SFR, selon le quotidien. Sans compter l'arrivée de Free sur le marché du mobile en janvier 2012, qui a pesé sur les activités de Bouygues. En deux ans, la filiale télécoms du groupe a perdu 200 000 clients et a vu son revenu par abonné chuter, alors que 18% de ses clients ont opté pour sa marque low-cost B&You.

Le bilan mitigé de la 4G

Pour se relancer, Bouygues Telecom a misé sur son réseau 4G. D'un point de vue technologique, le pari a été en partie gagné, puisqu'il dispose du premier réseau 4G de France, même si Orange a largement comblé son retard. Mais d'un point de vue commercial, les résultats ne sont pas forcément à la hauteur des ambitions, souligne le journal. "Nous avons le plus grand réseau 4G, mais le chiffre d'affaires le plus faible des trois opérateurs historiques. Cherchez l'erreur !", s'emporte Aziz Azam, représentant CFDT chez Bouygues Telecom, cité par Le Figaro Economie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Téléphonie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.