Assurances : les pratiques douteuses de la téléphonie

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Assurances : les pratiques douteuses de la téléphonie
FRANCE 3
Article rédigé par
J.Coulais, M.Arribe, M.Hauville, C.Berbette-Justice - France 3
France Télévisions

Les opérateurs téléphoniques auraient tendance à forcer la main aux clients pour vendre des assurances contre le vol et la casse. Le médiateur de l'assurance alerte sur ces pratiques. 

D'après une récente étude, si 82% des Français ont déjà cassé leur téléphone, seuls 20% des sondés ont décidé de souscrire une assurance. Certains clients ont toutefois signé un contrat à leur insu, parfois sur tablette. Les plaintes se multiplient, selon le médiateur de l'assurance. Le délai de rétractation, très court, ne permet souvent pas au consommateur d'annuler son engagement. 

Augmenter le délai de rétractation 

Les clients reprochent notamment aux assurances des "ventes forcées" et des "comportements abusifs". "[Les] gens disent :  'le vendeur m'a (…) dit que pour garder son emploi dans la boutique de téléphonie mobile, il était souhaitable que je souscrive cette assurance et qu'au bout d'un mois, je pourrais résilier le contrat'", rapporte Arnaud Chneiweiss, le médiateur de l'assurance. Problème : au bout d'un mois, un délai de 14 jours est invoqué, et il n'est alors plus possible de se rétracter. Pour mieux protéger les clients, le médiateur demande que le délai légal de rétractation passe de 14 jours à un mois. 

Parmis nos sources

Pour ce sujet, parmi nos sources, nous avons contacté le médiateur de l’assurance, nous avons également consulté les résultats de plusieurs études sur le marché des assurances mobiles. 

Etude n°1

Etude n°2

Liste non exhaustive

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Téléphonie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.