VIDEO. 5G : le député LFI François Ruffin plaide pour la création d'une "convention citoyenne du numérique" afin d'éviter que "la technologie passe sans la démocratie"

Le député La France insoumise de la Somme dénonce le fait que l'installation de la 5G n'ait pas fait l'objet d'une consultation des citoyens, alors que vont commencer dans quelques jours les enchères sur l'attribution des fréquences.

FRANCE INFO / RADIO FRANCE

Dans quelques jours, les enchères sur l'attribution des fréquences de la 5G vont commencer en France. François Ruffin, invité de franceinfo ce mercredi, s'est positionné pour un référendum mais aussi pour la création d'une "convention citoyenne du numérique". Le député LFI de la Somme dénonce le fait que l'installation de la 5G n'ait pas fait l'objet d'une consultation des citoyens. Il y a "la volonté que la technologie passe sans la démocratie", estime-t-il.

"Je suis pour ce que l'on a fait dans la bioéthique. Il y a un certain nombre de progrès technologiques que l'on a décidés de ne pas adopter parce qu'on a considéré que ce n'était pas un progrès humain, voire que ça allait à l'encontre du progrès humain, par exemple la gestation pour autrui ou le clonage humain. On a donc mis en place un comité consultatif de la bioéthique. Je serais favorable à un conseil ou une convention citoyenne du numérique qui s'interrogerait sur les nouvelles technologies ou les nouvelles applications", plaide François Ruffin. Experts, philosophes et citoyens pourraient constituer cette convention.

La 5G, ce n'est pas juste un changement de la 4G à la 5G. Cela va révolutionner l'emploi, les transports, l'espace domestique. Avant de faire ce saut-là, on a le droit de réfléchir et de poser la question aux citoyens.

François Ruffin

à franceinfo

Mais François Ruffin déplore qu'il y ait "la volonté que la technologie passe sans la démocratie". "La conférence citoyenne sur le climat a voté à 98% pour un moratoire sur la 5G, et a déclaré que c'était une technologie sans utilité, et le président de la République a choisi de ne pas en tenir compte."

Les défenseurs de la 5G mettent en avant que cette technologie est aujourd’hui présente dans 22 pays. "La seule réponse du gouvernement c'est de dire que ça a été fait aux Etats-Unis, en Corée du Sud ou en Allemagne, donc il faut qu'on y aille, il faut être dans la course, il ne faut pas être en retard", argumente François Ruffin. "Est-ce que l'on peut faire une pause et se demander de quelle course il s'agit ? Une course au progrès, une course au néant ? Quels vont être les avantages et les inconvénients de cela ?" s'interroge François Ruffin qui, par ailleurs, veut profiter de ce débat sur la 5G pour "réfléchir à l'usage des technologies dans la société".

François Ruffin, le 23 septembre 2020.
François Ruffin, le 23 septembre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)