"5G à marche forcée" : "Elle aura un impact très significatif sur nos émissions de gaz à effet de serre", regrette Agir pour l'environnement

Les conclusions du Haut conseil pour le climat sont sans appel : la 5G va produire 4 millions de tonnes de CO2 supplémentaires d'ici 2030. "C'est un bond de 18 % à 44 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur du numérique, c'est énorme", s'indigne l'association.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cédric O, s secrétaire d'Etat chargé de la transition numérique et des communications électroniques, lors de la mise enchères des premières fréquences 5G à destination des opérateurs français, à Massy (Essonne), le 1er octobre 2020. (ERIC PIERMONT / AFP)

"Le gouvernement a voulu la 5G à marche forcée et maintenant on se rend compte qu'elle aura un impact très significatif sur nos émissions de gaz à effet de serre", a regretté samedi 19 décembre sur franceinfo Stephen Kerckhove, délégué général de l'association Agir pour l'environnement. Il espère que le Conseil d'État va suspendre les attributions de fréquence aux opérateurs.

"Nous ne comprenons pas comment un gouvernement peut tant s'agiter sur les questions de climat, mobiliser 150 citoyens, un Haut conseil pour le climat, et, parallèlement, continue à agir comme s'il ne mobilisait pas ces acteurs".

Stephen Kerckhove, délégué général de l'association Agir pour l'environnement

à franceinfo

Stephen Kerckhove regrette la décision d'attribuer les fréquences 5G aux opérateurs avant que le Haut conseil pour le climat n'ait rendu ses évaluations. Le rapport, publié samedi, estime en effet que le déploiement de la 5G va augmenter significativement les émissions de CO2 en France. "Nous n'avions eu de cesse de demander au gouvernement d'attendre ces évaluations pour prendre une décision éclairée", s'exaspère Stephen Kerckhove.

Un recours déposé devant le Conseil d'État

"Soit on est dans l'ordre du cosmétique, soit on intègre le fait que des acteurs travaillent, produisent des conclusions et ces conclusions on doit les mettre en œuvre", demande le délégué général de l'association Agir pour l'environnement. Un recours a été déposé auprès du Conseil d'État par l'association pour suspendre les attributions de fréquence 5G aux opérateurs. "Le rapporteur public allait plutôt dans notre sens hier", précise-t-il.

Selon les données du Haut conseil pour le climat, l'arrivée de la 5G va se traduire par une augmentation de 3 à 7 millions de tonnes de CO2 d'ici 2030, "c'est un bond de 18 % à 44 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur du numérique, c'est énorme. Ça représente dix fois les émissions de gaz à effet de serre de l'éclairage public français", précise Stephen Kerckhove.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.