5G en France : "pas de bannissement total" de Huawei, mais d'importantes restrictions et de possibles refus

Les opérateurs français utilisant l'équipementier chinois Huawei vont, au mieux, recevoir des autorisations d'exploitation limitées à huit ans, d'après l'Agence nationale de sécurité des systèmes informatiques.

Un magasin Huawei à Hefei, dans la province d\'Anhui (Chine), le 10 avril 2020. 
Un magasin Huawei à Hefei, dans la province d'Anhui (Chine), le 10 avril 2020.  (XIA LEI / AFP)

L'avenir du géant chinois des télécoms Huawei sur le marché de la 5G en France s'est sérieusement obscurci, lundi 6 juillet : l'Agence nationale de sécurité des systèmes informatiques (Anssi) a fait savoir qu'elle restreindrait fortement les autorisations d'exploitation des opérateurs français partenaires du groupe. Huawei ne fera pas l'objet d'un "bannissement total" mais les opérateurs français l'utilisant vont, au mieux, recevoir des autorisations d'exploitation limitées à huit ans, selon l'Anssi, chargée par le gouvernement d'instruire ce dossier. 

"Ce que je peux dire, c'est qu'il n'y aura pas un bannissement total. Les opérateurs qui n'utilisent pas Huawei, nous les incitons à ne pas y aller car c'est un peu le sens naturel des choses. Ceux qui l'utilisent déjà, nous délivrons des autorisations dont la durée varie entre trois et huit ans", explique Guillaume Poupard, le directeur général de l'Anssi, dans un entretien au journal Les Echos (lien abonnés). "Les décisions sont prêtes", assure-t-il, confirmant une information de l'AFP mardi selon laquelle ces décisions n'attendent plus que d'être signées par l'exécutif.

Seuls trois équipementiers télécoms, les européens Nokia et Ericsson et le chinois Huawei, sont capables de fournir les équipements pour les futurs réseaux 5G, le futur système de télécommunications mobile. "Il y aura des refus", prévient Guillaume Poupard dans Les Echos, excluant toutefois que ces refus concernent Nokia et Ericsson, et indiquant ainsi en creux que seul Huawei est concerné.

SFR et Bouygues craignent d'être lésés

Ces décisions, qui vont bien au-delà du simple aspect industriel, interviennent sur fond de tensions diplomatiques persistantes entre Washington et Pékin : les Etats-Unis font en effet pression sur leurs alliés pour qu'ils bannissent Huawei pour raison de sécurité, invoquant sa proximité avec le gouvernement chinois. L'entreprise a toujours démenti ces allégations.

Quoi qu'il en soit, l'enjeu est particulièrement important en France pour les opérateurs SFR (Altice) et Bouygues Telecom, qui utilisent déjà des antennes Huawei dans leurs réseaux 4G et veulent s'appuyer dessus pour déployer la 5G. Alors que l'Arcep, le régulateur des télécoms, a fixé à septembre les enchères pour l'attribution des nouvelles fréquences et que les premières offres commerciales pourraient être disponibles en France avant la fin de l'année, les deux opérateurs s'inquiètent de devoir changer d'équipementier, ou même démonter leurs anciens équipements en cas d'incompatibilité. Ils ont prévenu qu'ils demanderaient une compensation si l'Etat barrait la route au groupe chinois.

"Beaucoup d'antennes installées sont compatibles"

"Ce que l'on fait sur la 5G en France, c'est un compromis. Il faut développer la 5G dans des conditions économiques acceptables pour les opérateurs télécoms et aussi souveraines, qui nous permettent de ne pas être dépendants de tel ou tel équipement ou pays, réplique le directeur de l'Anssi dans Les Echos. Beaucoup d'antennes installées sont compatibles avec la 5G." 

Une autre inconnue pèse sur le déploiement de cette nouvelle technologie : le 21 juin, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a annoncé avoir demandé au Premier ministre d'attendre l'évaluation des effets sanitaires de la 5G par l'Anses – espérée pour la fin du premier trimestre 2021  avant de la déployer. Le Conseil d'Etat, saisi par des associations inquiètes des potentiels effets néfastes de la 5G sur la santé et l'environnement, doit se prononcer prochainement.