La plateforme Disney+ lancée en France (avec un débit réduit à cause du coronavirus)

Avec un abonnement fixé à 6,99 euros par mois, la plateforme de streaming a un positionnement meilleur marché que Netflix mais son catalogue est moins étoffé.

Le service Disney+ est présenté à Anaheim (Californie), le 23 août 2019.
Le service Disney+ est présenté à Anaheim (Californie), le 23 août 2019. (ROBYN BECK / AFP)

Cette fois, c'est la bonne. Disney+, la plateforme de vidéos en streaming du géant du divertissement Walt Disney, est lancée en France, mardi 7 avril, deux semaines après la date initialement prévue. Ce report s'était fait à la demande du gouvernement français, pour ne pas encombrer la bande passante fortement sollicitée par le télétravail et les cours à distance pour les élèves confinés.

Comme dans sept pays européens fin mars, ce lancement se fait avec une qualité de diffusion réduite, pour les mêmes motifs.

Plus de 500 films

Les abonnements ont démarré à minuit et donnent accès à plus de 500 films et des milliers d'épisodes de séries, dont une trentaine de créations inédites. Les blockbusters les plus récents seront absents du service du fait de la législation française.

"Nous espérons humblement que ce service pourra apporter quelques moments de répits bien mérités aux familles en ces temps difficiles", avait déclaré le groupe Disney, le 24 mars. Avec cette plateforme aux contenus orientés vers les familles, Disney s'installe comme un acteur de premier plan dans le secteur disputé du streaming, aux côtés de Netflix, Amazon Prime ou Apple TV+.

"Disney et la France ont toujours entretenu une relation précieuse et privilégiée", souligne Kevin Mayer, qui dirige notamment le streaming chez Disney, espérant que "ses histoires pleines d'optimisme" raviront "les familles et les fans français en ces temps inédits et difficiles".

Disney+ s'appuie sur un catalogue particulièrement riche, avec les films de la saga Star Wars, des séries Marvel, La Reine des neiges, les films Pixar, Les Simpsons, sans oublier des classiques comme Blanche-Neige ou Cendrillon.

Avec un abonnement fixé à 6,99 euros par mois, la plateforme a un positionnement meilleur marché que Netflix mais son catalogue est moins étoffé et moins orienté vers les adultes. Après la France, d'autres Etats européens devraient suivre cet été, selon The Walt Disney Company, dont la Belgique, les pays nordiques et le Portugal.