Police : un coup monté contre le crime organisé

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Police : un coup monté contre le crime organisé
FRANCE 2
Article rédigé par
L.De La Mornais, A.Monange, T.Donzel, L.Setyon - France 2
France Télévisions

C'est un incroyable coup de filet international contre le crime organisé. Les agents du FBI ont réussi à faire en sorte que de grands criminels utilisent des téléphones qu'ils croyaient sécurisés pour organiser leurs trafics, sauf que la police recevait tous les messages. 800 personnes ont été arrêtées. 

Ce jour-là, en 2019, quand le sulfureux Hakan Ayik reçoit son tout nouveau téléphone crypté, il ne se doute pas qu'il va être malgré lui le ver dans le fruit. Il entrainera dans sa chute des centaines d'arrestations. Très connu dans le grand banditisme, Hakan Ayik est involontairement le premier cheval de Troie dans une incroyable opération secrète mondiale, pilotée par le FBI. "Le succès de l'opération 'Cheval de Troie' est le fruit d'une immense innovation technologique, d'effort humain et d'une coopération internationale sans précédent. Et les résultats sont bluffants", déclare Calvin Shivers, directeur adjoint du FBI.

800 suspects arrêtés dans 16 pays

Tout commence en 2018. La police américaine vient de faire fermer une entreprise qui développait une application de communication cryptée sur smartphone, très populaire auprès des criminels et délinquants. Pour combler le vide, le FBI a une idée : développer sa propre messagerie en secret, ANOM. Un agent infiltré du FBI va présenter ce téléphone prétendument inviolable à Hakan Ayik. C'est un influenceur criminel, il connait beaucoup de monde. Il va recommander l'application ANOM a des milliers de bandits. Pendant deux ans, la réputation de l'application ANOM va faire boule de neige chez les criminels tout autour du globe. 12 000 téléphones piégés seront distribués dans le monde. Le coup de filet international dans 16 pays a permis d'arrêter 800 suspects.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyberattaques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.