"Gilets jaunes" : plusieurs sites institutionnels ciblés par des cyberattaques

Les sites de l'Urssaf, du ministère de la Justice, de l'université Paris-Sud, de l'université de Lorraine et de la Fondation franco-américaine ont été visés par des cyberattaques. 

Un militant Anonymous et \"gilet jaune\" à Paris, le 24 novembre 2018. 
Un militant Anonymous et "gilet jaune" à Paris, le 24 novembre 2018.  (BENEDICTE VAN DER MAAR / HANS LUCAS / AFP)

Les "gilets jaunes" se moilisent dans la rue, mais aussi derrière leurs ordinateurs. Certains militants ont été à l'origine de cyberattaques contre des sites internet institutionnels, et promettent de nouvelles actions samedi 8 décembre, a affirmé jeudi 6 décembre David Grout, un expert de la société américaine de cybersécurité FireEye. Les équipes de ce groupe ont repéré des cyberattaques menées entre le 2 et le 4 décembre sur au moins cinq sites institutionnels : celui de l'Urssaf, du ministère de la Justice, de l'université Paris-Sud, de l'université de Lorraine et de la Fondation franco-américaine.

Niveau technique "moyen" 

Dans un premier temps, ces actions ont été revendiquées par des groupes activistes, notamment par certains associés à des opérations contre Israël ou à des activistes turcs, mais "ils ont été suivis un peu plus tard, aux alentours du 4-5 décembre, par les AnonymousFR, des activistes français du web, qui promettent d'autres choses pour le 8 décembre, dans la même démarche que les manifestations des 'gilets jaunes'", a détaillé David Grout.

"Sur une échelle de risque, ces cyber-activistes seraient notés à 5 sur 10", estime-t-il, leur force résidant dans leur capacité à travailler en réseau et à se relayer les informations. Le niveau technique de leurs attaques est "moyen", c'est-à-dire "pas à la portée de tous mais pas d'une capacité digne d'un Etat ou de groupes beaucoup plus avancés dans le monde des cyberattaques".