Cyberattaque : des espions russes pris la main dans le sac

La Russie est une nouvelle fois accusée d'espionnage. Les autorités néerlandaises révèlent un nouveau nid d'espion.

Voir la vidéo
France 2

Au premier coup d'oeil, les quatre hommes filmés par les caméras de surveillance de l'aéroport d'Amsterdam (Pays-Bas) ressemblent à des hommes d'affaires. Mais ce sont en réalité des espions russes. Ils ont des passeports diplomatiques et ont même été accueillis par un représentant de l'ambassade de Russie. Leur objectif est bien précis : pirater les données informatiques de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui enquête notamment sur plusieurs affaires impliquant la Russie. Les services de renseignement néerlandais ont révélé l'affaire et apporté des preuves dans une conférence de presse.

Plusieurs institutions seraient visées

Les quatre agents russes ont utilisé une voiture, qu'ils ont garée sur le parking d'un hôtel jouxtant le siège de l'OIAC à La Haye (Pays-Bas). Dans le coffre, les enquêteurs ont retrouvé en avril dernier du matériel pour pirater le réseau internet à distance, comme une antenne WIFI reliée à un ordinateur et à un smartphone. Les quatre espions ont été arrêtés sur-le-champ sans opposer de résistance puis expulsés. Des preuves d'autres cyberattaques visant d'autres institutions et d'autres pays ont été retrouvées dans un ordinateur saisi. L'OTAN, la France, les États-Unis ainsi que le Royaume-Uni font bloc contre Moscou (Russie) et accusent directement le Kremlin. La Russie, elle, dément et dénonce une "campagne anti-russe".

Le JT
Les autres sujets du JT
François Hollande met en garde contre un risque de cyberattaques pilotées depuis Moscou (Russie), lundi 6 mars 2017. 
François Hollande met en garde contre un risque de cyberattaques pilotées depuis Moscou (Russie), lundi 6 mars 2017.  (ALEXANDRE MARCHI. / MAXPPP)