VRAI OU FAKE Vrai ou Fake. Parler est-il protégé par un service de protection russe ?

Supprimé par certains géants du numérique américain, le réseau social Parler aurait trouvé un allié russe pour revenir sur le devant de la scène.

Il y a quelques jours, le site Parler semblait de nouveau en ligne. Son PDG assurait qu'il fallait le rétablir. Des figures ultra-conservatrices écrivaient d'ailleurs : "Nous n'arrêterons jamais de nous battre, jamais." Parler est un réseau social alternatif de Twitter, très prisé de l'extrême droite et supprimé par les géants du numérique après l'invasion du Capitole par les pro-Trump. Il cherche d'autres moyens d'être diffusé. "Parler serait parti, pour la protection de ses services web, vers un site russe de protection, qui est un intermédiaire entre les personnes qui vont visiter le site et le serveur final", explique Gerome Billois, expert en cybersécurité chez Wavestone.

Moins regardant

Ce service, DDoS Guard, protège aussi des médias russes et le ministère russe de la Défense. Il a aussi apporté son soutien dans le passé à 8chan, un site controversé pour ses messages racistes, misogyne et haineux. Ce service semble moins regardant sur les contenus. La Russie a souvent été accusée de soutenir la présidence de Trump. Difficile de dire si l'État russe en tire les ficelles aujourd'hui.

Parler, le réseau social qui attire le camp conservateur aux États-Unis.
Parler, le réseau social qui attire le camp conservateur aux États-Unis. (OLIVIER DOULIERY / AFP)