VIDEO. "Quand on est blanc on ne vit pas avec l’idée qu’on va expérimenter le racisme dans sa vie", estime Rokhaya Diallo

Parler de "racisme anti-blanc", pour la militante antiraciste Rokhaya Diallo, est problématique. Voilà, selon elle, pourquoi.

Voir la vidéo
BRUT

La militante Rokhaya Diallo, parfois controversée, affirme haut et fort qu'elle se bat contre le racisme. Mais pour elle, difficile de parler aujourd’hui en France de racisme anti-blanc. "Ça ne veut pas dire que les blancs ne sont pas exposés à des discriminations, à des injures raciales", nuance-t-elle. Mais, elle ne veut pas tout mélanger et souligne des différences.

Selon elle, le racisme est "une histoire d’oppression qui a des conséquences aujourd’hui". "Être noir en France, c’est potentiellement être victime de violences policières (…) être possiblement agressé, insulté", déplore Rokhaya Diallo. De plus, il s’agit selon elle d’une "expérience" qu’elle qualifie d’expérience "collective" mais aussi qui peut "émaner des institutions". 

Par conséquent, parler de racisme anti-blanc est "déplacé" aux yeux de cette militante. Elle compare cela à du "sexisme anti-homme" dans le cas où "quelques hommes seraient battus". Et enfin, elle estime qu'"il n’y a pas une seule personne non-blanche qui n’a pas été renvoyée à sa couleur de peau de manière négative en France".

\"Quand on est blanc on ne vit pas avec l’idée qu’on va expérimenter le racisme dans sa vie\", selon Rokhaya Diallo.
"Quand on est blanc on ne vit pas avec l’idée qu’on va expérimenter le racisme dans sa vie", selon Rokhaya Diallo. (B)