Vidéo Paris sportifs en ligne : pourquoi certains pronostiqueurs qui vous promettent de gagner ont intérêt à ce que vous perdiez

Publié Mis à jour
Envoyé spécial / France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dans l'univers des paris sportifs en ligne, il y a les "pigeons"… et les "requins". "Envoyé spécial" a rencontré un ancien employé d'un géant du secteur qui révèle des pratiques pas très "fair play" : il décrit un système qui permettrait à des pronostiqueurs (ou "tipsters") peu scrupuleux de se rémunérer sur les pertes des joueurs qui les suivent – avec la complicité de certains opérateurs.

"En direct de Dubaï… En un seul ticket, je prends 22 000 euros ! C'est juste un truc de malade !" Sur les réseaux sociaux, ces influenceurs d'un nouveau genre étalent la vie de rêve qu'ils mènent grâce à des fortunes qui semblent facilement gagnées. Ce sont des pronostiqueurs, en anglais "tipsters". Experts autoproclamés en paris sportifs, ils monnayent leurs pronostics pour plusieurs dizaines d'euros.

"Ce sont des arnaqueurs qui promettent énormément de gains, dénonce Antoine, ancien "trader" pour un opérateur de paris sportifs devenu pronostiqueur. Ils font des pubs via des influenceurs qui se prennent en photo avec des grosses voitures, plein de liasses de billets, etc., et qui disent 'Si vous suivez mes pronostics, vous allez avoir la même vie que moi.' Ça, c'est absolument faux, et ça ne devrait pas exister."

Antoine, lui, ne vend pas ses conseils : c'est un délit passible de deux ans de prison. Et pourtant… certains opérateurs s’associent avec des pronostiqueurs payants. On appelle cela des "affiliations". Sur les pages de certains pronostiqueurs, des liens renvoient vers les sites de paris sportifs, pour que le joueur puisse s'y inscrire directement. Le "tipster", lui, touche une commission fixe de la part de l'opérateur. Et parfois même… un pourcentage sur les pertes du joueur : de 10% à 50%, selon Antoine. Il expose une méthode "éthiquement parlant un peu discutable (...) qui consiste à être rémunéré sur les pertes des joueurs qui se sont inscrits via le lien en question". 

Un système d'affiliation avec les opérateurs, très rentable pour certains "tipsters"

"Cinquante pour cent, c'est déjà énorme. Le mec dépose 100 balles, il fait un pari, il perd ses 100 balles, le 'tipster' touche 50 euros. Et c'est sur une durée indéterminée. C'est-à-dire que si on tombe sur un gros joueur qui perd 1 000 euros par mois, le 'tipster' en question touche 500 euros par mois avec un seul joueur." Et si le 'tipster' a une communauté de plusieurs milliers d'abonnés… "on peut vite tomber sur des chiffres hallucinants". Toujours selon Antoine, ses gains pourraient alors atteindre "plusieurs millions par an".

Certains pronostiqueurs qui vous promettent de gagner auraient donc, en réalité, tout intérêt à ce que vous perdiez. Via les affiliations, ils vont gagner de l'argent sur les pertes de parieurs qui leur font confiance, et ils le savent pertinemment... Mais que dire des opérateurs qui s'associent avec eux ? "Malheureusement, constate Antoine, c'est un monde de requins. Tout le monde veut aller chercher des parts de marché, tout le monde se bat pour ça, et le meilleur moyen, c'est d'être partenaire avec des gros 'tipsters' influents, qui ont du monde."

Extrait de "Paris sportifs : la machine à perdre ?", une enquête à voir dans "Envoyé spécial" le 20 janvier 2022.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.