Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Le "bartering", ou quand les entreprises se mettent au troc

Avec la crise liée à la pandémie de coronavirus, de nombreuses sociétés se retrouvent en difficulté. Voici comment le "bartering", ou échange de marchandises ou de services entre professionnels, peut éviter à une entreprise de recourir à sa trésorerie. Un extrait d'"Envoyé spécial" du 17 décembre 2020.

Grâce aux technologies numériques, aux plateformes d’échange en ligne et à l’utilisation de monnaies virtuelles, le "bartering", ou échange de marchandises ou services entre professionnels, a pris un nouvel essor. Et pour certaines entreprises, cette forme de troc représenterait une bouffée d'oxygène en période économiquement difficile. Retards de paiement, problèmes de trésorerie... le "bartering" leur permet de ne pas sortir d'argent – qui, avec la crise liée à la situation sanitaire, a du mal à rentrer dans leurs caisses.

A l'ancienne Bourse de Paris, une journaliste d'"Envoyé spécial" a rendez-vous avec Samuel Cohen, le jeune patron d'une start-up. Son idée : aider les entreprises à s'échanger des biens ou des services. Il est l'un des cofondateurs de France Barter, un réseau d'entraide qui fédère 1 500 entreprises dans tous les secteurs d'activité. Ici, la monnaie virtuelle s'appelle... le "barter". 

Des échanges de services facturés en "barters"

Autour de la table ce jour-là, une quinzaine de "donneurs-receveurs" vont pouvoir s'échanger des services facturés en "barters". Exemple : Juliette Honoré représente une entreprise de restauration baptisée Les Marmites volantes qui recherche des bureaux. La société Planetic de Benjamin d'Hardemare dispose quant à elle d'une surface libre au sein de son espace de coworking. Grâce à ses livraisons de repas, Juliette va accumuler des "barters" qu'elle va ensuite dépenser pour louer les bureaux mis à disposition par Planetic.

Au tour de la journaliste d'"Envoyé spécial" de tester le système. Elle propose en ligne un service professionnel : rédiger du contenu pour une entreprise membre du réseau. Une association qui emploie des personnes en réinsertion lui adresse sa demande : cinq textes de présentation destinés à son site internet. Une fois le travail effectué, la journaliste est payée en "barters", crédités sur son compte. Elle les utilise pour louer une voiture à une société de location elle aussi inscrite sur la plateforme France Barter. Cet échange lui permettra d'économiser 81 euros, le prix de la location.

Extrait de "Ma vie de troc", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 17 décembre 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Envoyé spécial. Le \"bartering\", ou quand les entreprises se mettent au troc
Envoyé spécial. Le "bartering", ou quand les entreprises se mettent au troc (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)