Un lycéen de Colmar sanctionné pour avoir critiqué un prof sur Twitter

Un lycéen de 17 ans qui avait critiqué un de ses professeurs sur Twitter a été exclu de son établissement avec sursis jusqu'à la fin de l'année scolaire, selon France Bleu Alsace.

Le lycéen de 17 ans est accusé d\'avoir tenu des propos diffamatoires sur le réseau social Twitter.
Le lycéen de 17 ans est accusé d'avoir tenu des propos diffamatoires sur le réseau social Twitter. (MANAN VATSYAYANA / AFP)

Trop critique sur les réseaux sociaux envers un de ses professeurs, un lycéen de 17 ans a vu son exclusion définitive avec sursis confirmée, même si la durée initiale d'un an a été ramenée à quelques mois, selon les informations de France Bleu Alsace ce mardi.

Yann est membre du syndicat général des lycéens. Il est aussi délégué de sa classe. En février et en mars, il a publié trois tweets, supprimés depuis, dans lesquels il critique un professeur et plus généralement l'Éducation nationale. Des messages jugés diffamatoires par le rectorat.

En sursis jusqu'à la fin de l'année scolaire

La sanction était tombée dans le courant du mois d'avril : exclusion définitive avec sursis pendant un an. Début mai, l'appel de Yann et de son avocat a été examiné par le rectorat, et ce week-end de Pentecôte, la sanction a été ramenée à une exclusion définitive avec sursis jusqu'au mois de juillet seulement. L'élève de première ES du lycée Bartholdi de Colmar peut donc continuer à aller en cours, mais en cas de récidive d'ici la fin de l'année scolaire, le rectorat peut l'exclure définitivement.

"Sanction disproportionnée"

Les parents de Yann estiment dans un communiqué que la sanction est "disproportionnée, excessive et injustifiée". Ils contestent aussi le caractère diffamatoire des propos tenus. "L'esprit de corps qui semble régner [au sein de l'Éducation nationale] va-t-il jusqu'à nier que certains adultes, responsables, qui devraient montrer l'exemple, dépassent les limites acceptables ?", s'interrogent les parents.

De son côté, le lycéen évoque des "propos très généralistes, d'un élu lycéen. Mais pas de propos contre un professeur ou contre l'Éducation Nationale. C'était vraiment pour que l'on puisse progresser".

Invitée de France Bleu Alsace mardi 22 mai, la rectrice de l'académie de Strasbourg a réagi à cette affaire : "Yann est dans ses responsabilités quand il s'exprime en tant qu'élu. Mais lorsqu'il tweete, il faut qu'il fasse attention au côté dénonciation et calomnie", a expliqué Sophie Béjean. Elle recevra le lycéen mercredi 23 mai.