Twitter bloque une campagne du gouvernement français appelant à voter aux élections européennes

Selon le gouvernement, c'est la récente loi sur les "fake news" qui est invoquée par le réseaux social pour empêcher de diffuser cette campagne par des tweets "sponsorisés".

Le logo de Twitter, au siège du groupe, à San Francisco (Californie, Etats-Unis), le 26 juillet 2018.
Le logo de Twitter, au siège du groupe, à San Francisco (Californie, Etats-Unis), le 26 juillet 2018. (JUSTIN SULLIVAN / AFP)

Une campagne du ministère de l'Intérieur incitant à voter aux élections européennes a été refusée par Twitter, a expliqué le gouvernement, mardi 2 avril. Coordonnée par le Service d'information du gouvernement (SIG), la campagne "#Ouijevote" pour inciter à s'inscrire sur les listes électorales n'a pas pu donner lieu, comme prévu, à des tweets sponsorisés, une option permettant de payer pour mettre en avant des messages.

Promulguée le 22 décembre, la loi "relative à la manipulation de l'information" impose notamment aux principales plateformes numériques de fournir les informations sur les publicités politiques qu'elles diffusent contre rémunération sur leur site, afin d'éviter des manipulations et ingérences électorales.

La direction du SIG charge Twitter. Elle explique que, contrairement à Google ou Facebook, le réseau social "ne sait pas" mettre en place cette information sur les publicités politiques, et "a donc décidé d'avoir une politique complètement jusqu'au-boutiste, qui est de couper toute campagne dite de nature politique".

Matignon dénonce un "baroud d'honneur" de Twitter

Matignon estime que l'initiative "#Ouijevote" est "une campagne d'information publique, (...) pas une campagne politique ou d'un parti". Et voit dans cette décision de bloquer les tweets sponsorisés "un baroud d'honneur de leur part pour pouvoir remettre sur la table une discussion visant à aménager des dispositifs" prévus par la loi.

Twitter France n'a pas réagi à ces déclarations. Dévoilée en novembre, déjà accompagné du hashtag #Ouijevote, une vidéo du gouvernement incitant à voter aux élections européennes avait été critiquée par des responsables du PS, de Génération.s ou encore du Rassemblement national, qui la jugeaient partisane. Le clip présente en images certains des enjeux du scrutin, comme l'immigration ou la lutte contre le réchauffement climatique, et met notamment en scène Viktor Orban et Matteo Salvini.