Cet article date de plus de deux ans.

Rachat de Twitter par Elon Musk : pourquoi la liberté d'expression totale prônée par le milliardaire a de quoi inquiéter

L'homme le plus riche de la planète a bien l'intention de bousculer le célèbre réseau social, qu'il a racheté lundi. Son objectif : qu'on puisse tout dire, tout écrire.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min
Le compte Twitter du milliardaire Elon Musk, le 26 avril 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

"J'espère que même mes pires détracteurs resteront sur Twitter, parce que c'est ce que signifie la liberté d'expression". Ce tweet, publié lundi 25 avril et signé Elon Musk lui-même, en a laissé pantois plus d'un. Car en rachetant le réseau social pour 44 milliards de dollars, qu'a réellement en tête son nouveau propiétaire ? Derrière cette opération financière, des abus sont redoutés.

L'homme le plus riche de la planète, suivi par 83 millions de personnes, compte bien bousculer le petit oiseau bleu. Par le passé, il a en effet souvent regretté que les modérateurs de Twitter aillent "trop loin" et "interviennent trop", rappelle Le New York Times* . C'est d'ailleurs ce qu'il s'est empressé de redire dans son communiqué* annonçant le rachat : selon lui, "la liberté d'expression est le fondement d'une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où sont débattues les questions vitales pour l'avenir de l'Humanité". C'est d'ailleurs pour en être le seul maître à bord qu'il propose de retirer le réseau social des entreprises cotées en Bourse aux Etats-Unis. Une décision qui permettrait à la plateforme d'échapper à tout contrôle externe. 

Elon Musk prône une liberté d'expression totale

Quelques jours avant la finalisation du rachat, Marianne décrivait justement Elon Musk comme un "absolutiste en matière de liberté d'expression" qui "libérerait le potentiel de Twitter" en laissant les gens "parler librement dans les limites de la loi". "Or puisque les discours racistes et antisémites, ou encore la diffusion d'informations privées sont légaux aux Etats-Unis, ce genre de propos pourraient de nouveau être autorisés sur Twitter", fait remarquer l'hebdomadaire.

Dans une interview accordée à La Tribunele chercheur Olivier Ertzscheid, spécialiste des nouvelles technologies à l'Université de Nantes, ne peut que confirmer. "Il faut bien comprendre qu'il existe deux conceptions de la liberté d'expression. La première, plutôt américaine, est radicale : la liberté est au-dessus de tout, ce qui signifie que tout point de vue, quel qu'il soit, peut être exprimé dans l'espace public. Y compris, donc, un point de vue raciste, xénophobe, antisémite ou la diffusion d'une 'fake news'. La deuxième conception, plutôt européenne et française, est qu'il y a des limites légales à ce qu'on peut dire dans l'espace public."

Dit autrement, la liberté d'expression façon Elon Musk doit être "totale", résume l'universitaire. L'utilisateur doit pouvoir écrire ce qu'il veut, sans limites, peu importe si "l'Histoire récente a démontré que les algorithmes des réseaux sociaux ne sont pas neutres et qu'ils peuvent avoir un impact négatif majeur sur la vie démocratique, partout dans le monde, des Etats-Unis à l'Inde en passant par les Ouïghours en Chine, ou en Europe."

Elon Musk veut polariser encore plus

D'ailleurs, Elon Musk n'a pas attendu de prendre les commandes de Twitter pour y dire tout ce qui lui passe par la tête. Il plaisante, provoque, critique, se moque... Pas plus tard que samedi 23 avril, l'entrepreneur a publié un montage photo grossophobe comparant Bill Gates à un homme enceint. Il était accompagné de la légende suivante : "Au cas où vous auriez besoin de mettre rapidement fin à une érection". 

Trois semaines après le début de la guerre en Ukraine, il proposait de défier le président russe Vladimir Poutine dans un combat "d'homme à homme". En mars 2020, il avait qualifié de "débile" la panique que provoquait chez les gens la pandémie de Covid-19.

La liste est encore longue. Et "Elon Musk n'a jamais été banni, ni même suspendu temporairement de Twitter pour l'ensemble de ces propos", rappelle Le HuffPostAprès tout, pourquoi l'aurait-il été ? Selon le patron de Tesla, "les politiques des plateformes des médias sociaux sont bonnes si les 10% les plus extrêmes de gauche et de droite sont également mécontents", écrivait-il dans un tweet, le 19 avril.

Elon Musk cherche à étendre son influence

En concluant cet accord, "Elon Musk a un projet politique derrière la tête", fait remarquer sur franceinfo Olivier Lascar, le rédacteur en chef du pôle digital de Sciences et Avenir-La Recherche. Avec Twitter, Elon Musk s'achète en réalité "un instrument d'influence"une arme de communication massive qui lui permet d'"avoir l'oreille des politiques et peut-être de trouver les amitiés" nécessaires pour son développement.

A commencer par un certain Donald Trump. L'ancien président américain, banni à vie de Twitter après l'assaut du Capitole à Washington en janvier 2021, pourrait-il y refaire son apparition ? L'intéressé a assuré sur Fox News, lundi, qu'il ne reviendrait pas, malgré l'arrivée d'Elon Musk. Il n'empêche : la prise en main du réseau social par le patron de Tesla et de SpaceX inquiète le monde politique américain. "Cet accord est dangereux pour notre démocratie. Les milliardaires comme Elon Musk jouent selon un ensemble de règles différent de tout le monde, accumulant du pouvoir pour leur propre bénéfice. Nous avons besoin d'un impôt sur la fortune et de règles strictes pour que la 'big tech' soit responsable de ses actes", a par exemple dénoncé la sénatrice démocrate Elizabeth Warren.

Réaction similaire du président de l'organisation pour les droits civiques NAACP. "Monsieur Musk, la liberté d'expression est merveilleuse, le discours de haine inacceptable. La désinformation, la mésinformation et le discours de haine n'ont AUCUNE PLACE sur Twitter, prévient Derrick Johnson dans un communiqué*. Ne permettez pas à [Donald Trump] de revenir sur la plateforme… Protéger notre démocratie est de la plus haute importance, surtout à l'approche des élections de mi-mandat [en novembre]. Monsieur Musk, des vies sont en danger, tout comme la démocratie américaine."

Dans un autre communiqué*, la codirectrice de l'ONG Free Press ne mâche pas non plus ses mots. "Elon Musk lui-même a utilisé Twitter et d'autres plateformes pour attaquer et réduire au silence d'autres personnes. Il a répandu de la désinformation sur le Covid-19 et les vaccins. Il s'est servi de Twitter pour manipuler les marchés et augmenter sa fortune déjà considérable".

Quand il entend quelqu'un présenter Elon Musk comme un grand défenseur des libertés, Olivier Lascar raconte cette anecdote. "Dans le passé, Elon Musk a déjà démontré que la liberté d'expression avait ses limites dans sa conception, tient à souligner le journaliste, toujours sur franceinfo. Chez SpaceX, il n'y a que lui qui a le droit de parler, ou son numéro 2. Un internaute s'était amusé à référencer les vols de son jet privé et à les publier en commentaires des propres tweets d'Elon Musk pour montrer qu'il avait un comportement pas très vertueux en termes de dégagement de gaz à effet de serre." L'histoire s'était terminée ainsi : le milliardaire avait fini par bloquer l'internaute sur le réseau social.

* Tous les liens suivis d'un astérisque mènent vers des contenus en anglais.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.