Gafa : face aux géants du Web, l'Europe doit "poser ses règles", affirme l'économiste Joëlle Toledano

Selon l'autrice de "Gafa, reprenons le pouvoir" (prix du Livre d’économie de l’année 2021), le seul moyen de lutter contre la prédominance de contenus "agressifs" sur les réseaux sociaux est de "s'attaquer au modèle économique" des entreprises américaines qui les détiennent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Illustration des logos des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). (JUSTIN TALLIS / AFP)

Face aux Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) aussi appelés Gafam (M pour Microsoft), "il faut juste poser nos règles" au sein de l'Europe, affirme l'économiste Joëlle Toledano, récompensée mercredi 20 janvier par le prix du Livre d’économie de l’année pour son ouvrage Gafa, reprenons le pouvoir, publié chez Odile Jacob et décerné par l’association Lire la Société et franceinfo. Les géants du Web ont "développé une puissance qui, ne bat pas celle des États, juste ils s’en moquent un peu. Et si on a envie que ça change et que nos lois soient respectées, il faut prendre des mesures", défend-elle.

Il faut "s'attaquer au modèle économique"

Pour Joëlle Toledano, il faut faire évoluer le modèle économique, mais "pour le faire évoluer, il faut être l'Europe, la France ne suffirait pas. L'Europe est un gros marché important, en particulier dans cette période où il y a une bagarre entre les États-Unis et la Chine. Donc, on est un lieu extrêmement important en tant que marché pour ces acteurs."

"S'ils veulent être chez nous, il faudra qu’ils respectent nos règles. Les entreprises ne sont jamais contentes quand on leur met la pression, c’est normal mais l’Etat n’a pas les mêmes objectifs".

Joëlle Toledano

à franceinfo

L'économiste explique que si les contenus les plus "agressifs" sont mis en avant sur internet c'est le résultat d'algorithmes qui rendent ces messages "les plus viraux possibles, justement pour fracturer". La seule façon selon elle d'enrayer cette logique est de "s'attaquer au modèle économique" de Google ou Facebook car ces algorithmes "sont là pour que nous restions le plus longtemps possible sur les médias. Pourquoi ? Tout simplement pour que nous puissions avoir le plus de publicité possible".

La responsabilité des réseaux sociaux, une préoccupation de la présidence Biden

L’arrivée de Joe Biden à la présidence des États-Unis ne changera pas d'un seul coup la position américaine vis-à-vis d'une régulation de l'activité des Gafa, mais Joëlle Toledano pense que "les autorités en charge de ces sujets-là en matière de concurrence, vont disposer de plus de moyens". Ces autorités sont, d'après l'économiste, actuellement "un peu contraintes par leurs moyens et ça les empêche d’aller vite ou de lancer d'autres contentieux".

Les autorités américaines "vont s'occuper effectivement du problème de la responsabilité des réseaux sociaux, veut croire Joëlle Toledano car les violences au Capitole montrent, selon elle, "que ces entreprises se sont senties responsables, tellement responsables qu'elles ont bloqué le président des État-Unis" [des contenus diffusés par Donald Trump sur Facebook ou Twitter ont été supprimés]. Or, précise l'économiste, la législation américaine considère encore les Gafa comme irresponsables : "Je pense que ce sera l'une des premières choses qui sera vraiment discutée", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.