Depuis le salon VivaTech à Paris, Elon Musk annonce vouloir doter un humain d'implants cérébraux et refuse une censure de Twitter

En revanche, le milliardaire ne s'est pas exprimé sur l'éventuelle installation d'une usine Tesla en France.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Elon Musk au salon VivaTech à Paris le 16 juin 2023. (JOEL SAGET / AFP)

Doter un humain d'implants neuronaux dès cette année et ne pas censurer Twitter : avec ces annonces, Elon Musk a tenu son rang de star mondiale de la tech devant 3 600 fans, vendredi 16 juin, à Paris. Pendant deux heures au Dôme de Paris, invité du salon VivaTech, le milliardaire, qui possède également SpaceX, a collé à son image de visionnaire sans complexe.

Elon Musk a dit vouloir doter en 2023 un premier être humain d'implants neuronaux de sa société Neuralink, qui vient d'obtenir l'autorisation pour réaliser des tests aux États-Unis. "Plus tard cette année, nous ferons notre première implantation d'une puce chez l'humain, pour quelqu'un qui a une forme de tétraplégie", a-t-il lancé. Le but de ces puces cérébrales est de faire communiquer directement cerveaux et ordinateurs, pour aider des personnes paralysées ou souffrant de maladies neurologiques.

Pas un mot sur une usine Tesla en France

Durant son show, devant une salle surchauffée, le milliardaire a aussi défendu un Twitter libre de toute censure et estimé que l'intelligence artificielle risquait de déclencher une "apocalypse" pour l'humanité. Des positions que ce libertarien a déjà répété maintes fois. "Si nous sommes frappés par une apocalypse déclenchée par l'intelligence artificielle, je crois que j'aimerais quand même être vivant à ce moment-là", a-t-il souri.

Toutefois, il n'a pas évoqué l'usine Tesla dont rêve l'Elysée pour la France, malgré une rencontre avec Emmanuel Macron à la mi-journée. Il avait pourtant promis en mai, à l'occasion du salon "Chose France", que le constructeur de voitures électriques ferait "des investissements significatifs" dans le pays. "Travaillons ensemble", a néanmoins tweeté en anglais le chef de l'État après leur rencontre, à l'instant même où le dirigeant américain démarrait à sa conférence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.