Cet article date de plus d'un an.

TikTok : l'application interdite sur les téléphones professionnels des fonctionnaires

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Après les États-Unis, le Royaume-Uni ou encore le Parlement et la Commission européenne, le gouvernement français place à son tour l'utilisation de TikTok dans son collimateur à cause de risques en cybersécurité pour les fonctionnaires d'État. Mais ce réseau social n'est pas le seul à être ciblé.
TikTok : l'application interdite sur les téléphones professionnels des fonctionnaires d'Etat Après les États-Unis, le Royaume-Uni ou encore le Parlement et la Commission européenne, le gouvernement français place à son tour l'utilisation de TikTok dans son collimateur à cause de risques en cybersécurité pour les fonctionnaires d'État. Mais ce réseau social n'est pas le seul à être ciblé. (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo - A.Girault-Carlier, A.Sylvain, M.Justet L.Pekez, G.Messina, F.Decominck, J.Chouquet
France Télévisions
Après les États-Unis, le Royaume-Uni ou encore le Parlement et la Commission européenne, le gouvernement français place à son tour l'utilisation de TikTok dans son collimateur à cause de risques en cybersécurité pour les fonctionnaires d'État. Mais ce réseau social n'est pas le seul à être ciblé.

Voilà à quoi vont ressembler les téléphones des fonctionnaires d'État, samedi 25 mars. TikTok mais aussi le jeu Candy Crush ou encore Netflix seront désormais interdits sur les smartphones professionnels de policiers hauts-fonctionnaires. La France s'attaque à ces applications car, selon les autorités, elles représentent un danger. "On sait qu'il y a des attaques sur des administrations publiques qui sont de plus en plus fréquentes ces dernières années et c'est un sujet auquel tous les pays européens sont confrontés", a souligné Stanislas Guérini, ministre de la Transformation et de la Fonction publique de France.

Des applications qui entraînent "une fuite d'informations"

La crainte des autorités est que des informations volées soient utilisées à des fins de chantage. Ces dernières années, certaines applications comme Twitter et Facebook ont subi des fuites de millions de données. Selon Gérôme Billois, expert en cybersécurité, les risques sont importants. "Le risque lorsqu'on a l'application sur le téléphone, c'est qu'elle soit transformée en un outil d'espionnage (...) et qu'elle sorte du cadre dans lequel elle est d'habitude pour voir qui vous avez appelé, quels sont vos contacts, quels sont les emails que vous avez reçus ou les photos que vous avez. Ça entraîne une fuite d'informations", décrypte-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.