"On vous fait croire que vous allez gagner gros" : comment des tiktokeurs font miroiter des fortunes grâce aux cryptomonnaies

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Sur Tik Tok, des influenceurs promettent des gains faramineux grâce des formations payantes. (ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

De nombreux influenceurs mettent en scène leur fortune sur le réseau social pour proposer à leurs abonnés des formations payantes aux résultats plus qu'incertains.

Cagoulé, bonnet vissé jusqu'aux sourcils et liasses de billets crânement exhibées, TAC Crypto* publie sur TikTok des vidéos où il dit sa "fierté de faire 10 fois le salaire de [ses] profs à seulement 16 ans". Auprès de ses 26 000 abonnés, il l'assure : "L'argent n'a jamais été aussi simple à obtenir." Telemaque* joue sur la même corde. Chemise ouverte et abdominaux saillants, l'influenceur qui se targue d'être à la tête de "la communauté la plus riche de France" propose d'expliquer à ses près de 123 000 abonnés "comment gagner de l'argent" dans un contexte de brusque hausse de l'inflation et de chute des cours des monnaies virtuelles. "Il y a un seul domaine qui va te permettre de [multiplier ton investissement par] 2, 3, 4, 5, voire 10, c'est la cryptomonnaie !" lance Youri* aux moins de 18 ans qui l'écoutent. "Attention, vu que tu es mineur, il va falloir que tu utilises le compte d'un majeur avec son autorisation !" prévient-il toutefois.

Sur TikTok, des dizaines d'influenceurs mettent ainsi en avant une réussite financière insolente rendue possible par les cryptomonnaies et le trading sur les marchés financiers. Un tel succès, promettent-ils, est accessible à presque n'importe qui : il suffit de suivre une série de conseils, voire de confier simplement son portefeuille à des opérateurs de marchés qui s'occuperont de faire fructifier votre capital. Trop beau pour être vrai ?

"Les charlatans prospèrent"

Les trois vidéastes cités plus haut se gardent bien de prodiguer leurs astuces financières directement sur TikTok. TAC Crypto renvoie les jeunes alléchés par ses promesses d'argent facile sur un serveur de la messagerie Discord. Il y propose une formation sur les cryptomonnaies constituée d'un "fichier PDF de 14 pages que l'on vous envoie pour la petite somme de 40 euros". Le tarif est identique pour les curieux qui souhaiteraient connaître ses astuces d'investissement en matière de NFT, ces certificats de propriété numérique essentiellement utilisés à des fins spéculatives.

Telemaque et Youri jouent sur un autre tableau. Depuis TikTok, ils renvoient à des sites internet sur lesquels ils proposent des abonnements à des clubs privés. Contre 597 euros, le second vend ainsi un "accompagnement à vie garanti". A ce prix, Youri explique à franceinfo mettre à disposition de sa communauté son "temps" et son "expertise". "On étudie les différentes possibilités d'investissement selon le profil de risque, mais on peut également parler d'entrepreneuriat..." détaille le jeune homme de 23 ans désormais basé en Estonie, qui assure que ses connaissances en matière de finances lui ont permis de devenir "millionnaire trois mois après avoir arrêté [ses] études d'ingénieur".

La proposition de Télémaque est moins onéreuse. Pour 29 euros par mois, l'influenceur propose de rejoindre une "communauté où moi et des dizaines d'investisseurs cryptos t'apprendront comment produire de la richesse". "Pas d'excuses : l'inflation te ronge de l'intérieur, tu dois commencer à investir un jour, alors commence aujourd'hui, entre des mains expertes. C'est l'heure de commencer à encaisser", assène-t-il, désignant le lecteur comme son "poto".

L'offre de formation privée en trading de "Telemaque". (FRANCEINFO)

A l'évocation des centaines de vidéos qui font miroiter un enrichissement rapide à un public non averti, Grégory Raymond soupire. "Les réseaux comme TikTok sont des territoires encore peu couverts par les acteurs responsables de ce milieu, mais où les charlatans prospèrent", se désole le journaliste et cofondateur de la newsletter spécialisée The Big Whale. Rien ne garantit en effet la qualité de la formation ou du coaching dispensé par ces jeunes influenceurs. "Certains groupes privés conseillent d'investir dans des cryptomonnaies très peu liquides, sujettes à de hautes variations", ajoute-t-il.

"Ces invitations à investir peuvent être initiées par des personnes impliquées dans ces cryptomonnaies et cherchent à faire gonfler le cours pour en tirer un profit personnel."

Grégory Raymond, journaliste spécialiste des cryptoactifs

à franceinfo

Serein, Youri assure faire confiance à l'intelligence des 270 000 personnes qui le suivent. "L'algorithme TikTok met en avant les contenus assez racoleurs, mais on vit une période incroyable où l'information est accessible en ligne : les personnes intéressées sont responsables et libres d'approfondir en faisant leurs propres recherches", détaille le vidéaste.

"Des offres trompeuses"

Interrogées au sujet des escroqueries potentielles qui pullulent sur les réseaux comme TikTok, les autorités ne partagent pas franchement l'avis de Youri. "Les arnaques aux services ou produits financiers frauduleux ciblent essentiellement des populations jeunes, parmi les plus vulnérables. La crise économique, induite par la crise sanitaire, a renforcé l'attrait pour ce type d'offres trompeuses", réagit la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, contactée par franceinfo.

Cette administration, qui dépend du ministère de l'Economie, ajoute que plusieurs enquêtes concernant d'éventuelles publicités dissimulées sur des blogs ou sur les réseaux sociaux par des influenceurs sont actuellement en cours. Les contrevenants s'exposent à une sanction pouvant aller jusqu'à 300 000 euros et/ou deux ans d'emprisonnement, appuie la répression des fraudes. Avant de rappeler que l'influenceuse Nabilla Vergara avait dû s'acquitter en juillet 2021 d'une amende de 20 000 euros après avoir promu un service de trading de bitcoins.

"Ces structures pyramidales ciblent les jeunes"

Certains vidéastes présents sur TikTok ne se contentent pas de vendre des documents PDF qui promettent un avenir financier radieux. Sur la plateforme, Marvin*, Matou* et d'autres vont plus loin. Après avoir vanté un service de trading automatique dont "le rendement annuel en 2021 était de 615%", les deux apprentis vidéastes invitent les jeunes intéressés par la perspective d'accéder à une "réelle liberté financière" à les contacter en privé sur Instagram ou la messagerie Telegram.

Recrutement MLM sur TikTok

Sur ces plateformes, les vidéastes vingtenaires sont plus loquaces sur le "business qui peut transformer littéralement ta vie" : il s'agit de rejoindre une entreprise spécialisée dans le marketing de réseau (ou MLM, pour multi-level marketing). En échange d'un abonnement allant jusqu'à 149 euros par mois, cette société immatriculée à Dubaï propose des services de trading et cryptomonnaies, mais incite surtout ses clients à s'enrichir via le recrutement de nouveaux membres, dont une partie de l'abonnement leur sera indirectement redistribué.

Marie Drilhon connaît bien ce mécanisme et les dérives qu'il entraîne. Vice-présidente de l'Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu victimes de sectes (Unadfi), elle explique avoir été contactée à plusieurs reprises par des familles dont les enfants avaient rejoint des entreprises au fonctionnement similaire. "Je me souviens d'un lycéen qui avait arrêté ses études en seconde après avoir intégré une entreprise de MLM. Son père l'encourageait, mais sa mère était très inquiète", commente cette spécialiste, qui alerte sur des risques de déscolarisation et de désocialisation.

"D'après les témoignages que nous avons reçus, ces structures pyramidales ciblent les jeunes, souvent issus de milieu modeste, peu importe s'il s'agit d'argent venant d'un emprunt contracté par un étudiant sans grands moyens", abonde Claire Castanet, directrice chargée de la protection des épargnants à l'Autorité des marchés financiers (AMF).

"On vous fait croire que vous allez gagner gros, on vous incite à ne pas tenir compte des avertissements de vos proches, qui pourraient vous aider à prendre du recul sur cette activité."

Claire Castanet, chargée de la protection des épargnants à l'AMF

à franceinfo

Et de souligner que les entreprises de marketing de réseau ciblent en priorité des profils "sans connaissances établies en économie ou en finances, et qui pensent qu'il existe vraiment des moyens faciles pour gagner de l'argent".

"Les gains faciles, ça n'existe pas"

Que fait TikTok pour prémunir sa jeune audience d'une exposition à ces mécanismes douteux ? Contacté par franceinfo, le réseau social dit prendre ses responsabilités. "Nous supprimons tout contenu qui encourage les plans d'investissement promettant des rendements élevés, les paris truqués ou tout autre type d'escroquerie", réagit l'entreprise, qui précise que ses règles publicitaires interdisent "les annonces faisant la promotion de monnaies virtuelles et de plateformes de négociation de cryptomonnaies"

Afin de sensibiliser les plus jeunes à ces dérives, l'Autorité des marchés financiers a lancé en décembre une campagne diffusée sur Twitter, Instagram et TikTok reprenant les codes des influenceurs.

Pour éviter ces pièges, Claire Castanet appelle les jeunes qui pourraient tomber sur ces vidéos sur les réseaux sociaux à faire preuve d'"esprit critique" et de "bon sens". "Il faut se demander pourquoi ces personnes feraient preuve d'une telle générosité : si leurs techniques pour gagner de l'argent sur les marchés fonctionnaient si bien, pourquoi sont-ils aussi pressants pour recruter de nouveaux membres ? Quelles sont réellement leurs compétences en finance ? Est-ce que je comprends vraiment ce dans quoi je vais investir ?" s'interroge-t-elle. "Les gains rapides, sans risque, en restant sur votre canapé ou au bord de la piscine… Ça n'existe pas, conclut cette spécialiste. Quand c'est trop beau pour être vrai, c'est que ce n'est pas vrai."

* Tous les pseudonymes des influenceurs cités ont été modifiés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réseaux Sociaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.