Les journalistes "utiles" pour 91% des Français malgré de fortes critiques sur leurs pratiques

D'après le dernier baromètre Viavoice publié samedi, près de deux Français sur trois (63%) estiment que les médias "disent tous la même chose ou presque".

Photo d\'illustration.
Photo d'illustration. (MAXPPP)

Le baromètre annuel Viavoice sur les attentes des Français envers les journalistes, l'information et les médias* a été publié samedi 9 mars. Réalisé à l'occasion des Assises internationales du journalisme en partenariat avec Radio France, France Télévisions, France Médias Monde et le Journal du dimanche, il révèle notamment l'importance du métier de journaliste aux yeux des Français. Cependant, ceux-ci sont très critiques vis-à-vis des pratiques médiatiques. Ils souhaitent donc être plus impliqués dans le fonctionnement des médias.

Sensationnalisme, uniformisme, partialité... Les raisons de la défiance 

91% des Français considèrent toujours le journalisme comme une profession "utile", selon l'étude Viavoice, et cela quels que soient le milieu social, l'âge ou le territoire d'appartenance des sondés. Ce chiffre est stable par rapport au baromètre de l'année dernière (92%) malgré un contexte de défiance croissante envers les journalistes, notamment dans le cadre du mouvement des "gilets jaunes". Cette tendance est confirmée par le fait que pour 85% des sondés "le journalisme existera toujours, on ne peut pas imaginer une société sans médias". 82% des interrogés estiment par ailleurs que "le journalisme est indispensable dans une société démocratique". Première attente des Français : la vérification des informations fausses, des rumeurs et de la désinformation, loin devant la seconde attente, celle d'information pratiques et utiles au quotidien (49%).

D\'après l\'étude Viavoice, 91% des Français estiment qu\'en règle générale le journalisme est un métier utile.
D'après l'étude Viavoice, 91% des Français estiment qu'en règle générale le journalisme est un métier utile. (STEPHANIE BERLU / FRANCEINFO)

Cependant, les Français témoignent également d'une défiance croissante envers les pratiques de la profession. Ainsi, pour 77% des interrogés, les journalistes privilégient les informations sensationnelles ou la violence. Ils sont également 72% à estimer que "les médias ne donnent pas la parole à tous les points de vue de manière équitable". De plus, 63% des sondés estiment que les médias "disent tous la même chose ou presque". Les Français sont aussi une majorité à penser que les journalistes sont influencés par les personnalités politiques au pouvoir (66%) et par les actionnaires qui les financent (70%).

28% des 18-24 ans font d'avantage confiance aux réseaux sociaux

Globalement, les Français ont davantage tendance à s'informer via des médias traditionnels qu'ils connaissent et en lesquels ils ont confiance. Quand ils veulent trouver des informations sur une actualité, ils sont 30% (+4 points par rapport à 2018) à consulter directement le site d'un média, plutôt que de passer par un moteur de recherches (35%, en baisse de 3 points). Cette tendance n'est cependant pas valable pour les jeunes, qui font de moins en moins confiance aux médias traditionnels pour s'informer, au profit des réseaux sociaux. 

Selon l\'étude Viavoice, 28% des 18-24 ans font plus confiance à une information relayée sur les réseaux sociaux qu\'à ce qu\'ils trouvent dans les médias.
Selon l'étude Viavoice, 28% des 18-24 ans font plus confiance à une information relayée sur les réseaux sociaux qu'à ce qu'ils trouvent dans les médias. (STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

Même si la majorité d'entre eux s'informent via les médias traditionnels, 47% des 18-24 ans considèrent qu'avec les réseaux sociaux, "il est de moins en moins nécessaire de consulter directement le site des médias en ligne". Un chiffre en hausse de 16 points par rapport à 2018. Ils sont aussi 40% à le penser chez les 25-34 ans (+10 points). Les jeunes ont aussi de plus en plus confiance en ce qui est relayé sur les réseaux sociaux. Ainsi, 28% des 18-24 ans et 23% des 25-34 ans ont davantage confiance dans l'information relayée sur les réseaux sociaux par leur entourage que dans les médias traditionnels. Ces chiffres sont en hausse significative dans les deux cas (+5 points chez les 18-24 ans, +9 points chez les 25-34 ans).

Un droit de regard plébiscité à plus de 70%

L'étude Viavoice révèle également que les citoyens veulent davantage être impliqués dans la production médiatique. Ainsi, pour rapprocher médias et citoyens, 74% des sondés souhaitent la création d'un "conseil de presse rassemblant les journalistes, les médias et le grand public pour rendre des avis sur la déontologie des pratiques journalistiques". 70% des interrogés veulent permettre aux lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs de "donner leur avis sur les grandes décisions et orientations du média". Enfin, 48% souhaitent même pouvoir "investir dans un média, en devenir actionnaire avec un droit de vote sur les grandes décisions".

*Étude réalisée à partir d'interviews en ligne, du 11 au 18 février 2019, auprès d'un échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus. Représentativité par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession, région et catégorie d'agglomération.