Le rappeur Médine se défend de propos antisémites après un échange avec l'essayiste Rachel Khan

Le jeu de mots du rappeur portait sur le terme "rescapé", un choix dénoncé par l'autrice, petite-fille de déporté de la Shoah.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le rappeur français Médine, lors d'une manifestation à Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), le 24 mars 2023. (LOU BENOIST / AFP)

"Aucune ambiguïté", assure le rappeur Médine. Dans un message publié vendredi sur Twitter, le chanteur s'est défendu d'avoir fait un jeu de mot antisémite, après avoir réagi à des échanges sur le réseau social entre la députée LFI Mathilde Panot et l'essayiste Rachel Khan, d'origine juive.

"J’ai attaqué le parcours professionnel de Rachel Khan, a commenté Médine. La formule pas adaptée, qui a certainement dû heurter des personnes et je m’en excuse, n’était pas dirigée vers sa famille ni vers les victimes du drame de la Shoah." Le rappeur réagissait à un échange sur l'utilisation du mot "rescapée" par la députée insoumise Mathilde Panot, jugée problématique par Rachel Khan, petite-fille de déporté de l'Holocauste.

Cible des élus et des militants du Rassemblement national avec lesquels il ferraille sur les réseaux sociaux, Médine est régulièrement accusé par ces derniers d'être un "islamiste". L'artiste est aussi taxé d'homophobie et d'antisémitisme à la lumière de certaines interviews, chansons, ou prises de position passées. Vendredi, neuf députés Renaissance ont demandé à EELV et à LFI de "renoncer à inviter le rappeur islamiste et antisémite Médine" à leurs universités d'été, un choix polémique, a appris ce vendredi franceinfo via un communiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.