WhatsApp veut partager plus de données avec Facebook, les utilisateurs s'inquiètent

Pour monétiser sa populaire messagerie, le groupe Facebook a mis au point de nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp, qui prévoient de partager plus de données d'utilisateurs avec les autres réseaux sociaux qu'il détient.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Facebook a racheté Whatsapp en 2014. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

La célèbre application de messagerie WhatsApp est sous le feu des critiques, jeudi 7 janvier, pour avoir demandé à ses quelque deux milliards d'utilisateurs d'accepter de nouvelles conditions d'utilisation lui permettant de partager plus de données avec sa maison-mère Facebook. Les utilisateurs qui refusent ne pourront plus accéder à leur compte à partir du 8 février. Selon l'entreprise, les données qui pourront être partagées entre WhatsApp et l'écosystème d'applications de Facebook (dont Instagram et Messenger) comprennent les contacts et les informations du profil, à l'exception du contenu des messages, qui reste chiffré.

Le groupe cherche à monétiser sa plateforme en permettant aux annonceurs de contacter leurs clients via WhatsApp, voire d'y vendre directement leurs produits, comme c'est déjà le cas en Inde. "Les mises à jour des politiques de confidentialité sont courantes dans l'industrie et nous apportons aux utilisateurs toutes les informations nécessaires pour vérifier les changements qui prendront effet le 8 février", a indiqué un porte-parole du groupe dans une déclaration transmise à l'AFP.

Une entreprise dans le viseur des autorités

Ces nouvelles conditions diffèrent entre l'Union européenne et le reste du monde. Dans le cas de l'UE et du Royaume-Uni, elles ne seront utilisées que pour développer les fonctionnalités offertes aux comptes professionnels WhatsApp Business, a expliqué l'entreprise à l'AFP. "WhatsApp ne partage pas les données de ses utilisateurs en Europe avec Facebook dans le but que Facebook les utilise pour améliorer ses produits ou ses publicités", a assuré un porte-parole de la messagerie.

"Si la seule façon de refuser (cette modification), c'est d'arrêter d'utiliser Whatsapp, alors le consentement est forcé et les traitements de données personnelles sont illégaux", a dénoncé auprès de l'AFP Arthur Messaud, juriste pour l'association de défense des internautes La Quadrature du net. Interrogée par l'AFP, la Commission nationale Informatique et Libertés (Cnil), régulateur français de l'internet, a rappelé que le rachat de Whatsapp par Facebook pour 22 milliards de dollars en 2014, et notamment les conditions de transfert des données, était en cours d'examen au niveau européen. "Ce dossier devrait trouver une issue en 2021" selon la Cnil.

Questionnés jeudi sur le sujet, des porte-paroles de la Commission européenne ont rappelé que Facebook avait été condamné en 2017 à une amende de 110 millions d'euros pour avoir fourni des renseignements inexacts pendant l'enquête de l'UE sur son rachat de l'application mobile WhatsApp. Facebook est depuis des mois comme les autres "Gafam" (Google, Apple, Amazon, Microsoft) dans le viseur des autorités européennes et américaines qui reprochent à ces conglomérats du nouveau millénaire des pratiques jugées anticoncurrentielles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.