Plus de 700 000 personnes ont suivi l'explosion d'une pastèque en direct sur Facebook

Le réseau social mise sur la vidéo en direct pour rattraper son concurrent Twitter, dont la plateforme Periscope s'est déjà fait une place dans les habitudes des internautes.

Des journalistes du site Buzzfeed entourent une pastèque avec des élastiques pour la faire éclater, le 8 avril 2016.
Des journalistes du site Buzzfeed entourent une pastèque avec des élastiques pour la faire éclater, le 8 avril 2016. (BUZZFEED / FACEBOOK)

Pendant 45 minutes, un homme et une femme, vêtus de combinaisons de protection, enfilent des élastiques autour d'une pastèque, jusqu'à ce que le fruit éclate. C'est long, et seule la dernière minute est vraiment chargée de suspense. Pourtant, plus de 700 000 personnes ont suivi en direct sur Facebook la vidéo de ces deux employés du site d'information américain BuzzFeed (en anglais).

Watch us explode this watermelon one rubber band at a time!

Posted by BuzzFeed on Friday, 8 April 2016

Le nombre d'internautes visionnant la vidéo a augmenté par milliers dans les derniers instants avant l'explosion, jusqu'à dépasser les 740 000 avant de rapidement dégonfler pendant que les employés du bureau de BuzzFeed à New York dégustaient la chaire rouge du fruit maltraité. Samedi, la vidéo a été vue ou revue, pas forcément dans son intégralité, plus de 7 millions de fois.

Facebook Live contre Periscope

L'opération est réussie pour Buzzfeed : les hashtags #buzzfeed et #watermelon (pastèque) figuraient parmi les plus commentés sur Twitter aux Etats-Unis peu après l'expérience, et les GIF animés du moment de l'explosion se sont multipliés depuis. Opération réussie surtout pour Facebook, qui a assure ainsi la promotion de son service de vidéo en direct, Facebook Live.

Pendant que Facebook et Buzzfeed font exploser des pastèques, l'application Periscope, créée par Twitter, est déjà utilisée par François Hollande comme par les militants de "Nuit debout". Ell a ainsi pris une belle avance pour s'installer dans les habitudes des internautes et des journalistes citoyens. 

"Papa, où tu étais quand Buzzfeed a fait exploser une pastèque ?"

Les internautes hésitent d'ailleurs entre scepticisme et enthousiasme, souvent ironique. "Nous sommes en 2030 et mon fils me demande 'Papa, où étais-tu quand @BuzzFeed a fait exploser une pastèque avec des élastiques sous les yeux de 700.000 personnes?'", s'est amusé sur Twitter le journaliste américain, Bobby Blanchard. "Ma mère vient de regarder l'explosion de la pastèque et maintenant je dois lui expliquer ce qu'est le journalisme piège à clics", a confié une politologue américaine, Laura Seay.

Le journaliste autrichien Dominik Wurnig estime qu'il s'agit seulement de "story telling" et rappelle le principe du suspense : "Quoi de mieux qu'une bombe qui explose en dix secondes ? Une bombe qui explose en dix minutes"