Cet article date de plus de six ans.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, travaille "50 à 60 heures par semaine"

Le fondateur du réseau social a répondu, mardi, aux questions des internautes sur sa vie quotidienne et ses projets.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de Facebook, Mark Zuckerberg, lors d'une conférence à San Francisco (Etats-Unis), le 25 mars 2015. (ROBERT GALBRAITH / REUTERS)

A quoi ressemble la vie du patron du plus grand réseau social du monde ? Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a ouvert son profil aux questions des internautes, mardi 14 avril, pour une heure de questions-réponses. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur ses projets, mais aussi sur son rythme de travail.

"Je passe la majeure partie de mon temps à réfléchir"

"Si on compte le temps qu['il] passe au bureau", Zuckerberg ne travaille "pas plus de 50-60 heures par semaine", a-t-il expliqué à un internaute. Mais n'imaginez pas que le milliardaire se tourne les pouces le reste du temps : "Je passe la majeure partie de mon temps à réfléchir à comment connecter le monde et rendre service à la communauté."

Mark Zuckerberg a aussi détaillé ses projets pour Facebook, tels que la possibilité d'échanger de l'argent via l'application de messagerie Messenger, qui devrait être généralisée "bientôt". Il a également exprimé son envie de poursuivre son projet Internet.org, qui donne à des habitants de pays où internet est peu accessible, comme la Colombie, l'Inde et plusieurs pays d'Afrique, la possibilité d'accéder gratuitement à un certain nombre de services en ligne.

Fendant l'armure, Mark Zuckerberg a aussi posté une photo de son chien, raconté ses difficultés à apprendre le mandarin - "ça rend humble car il n'y a aucune façon de s'en sortir simplement en étant intelligent" - et confié qu'il lisait actuellement un livre sur George Orwell, une anecdote dont les détracteurs du réseau social ne manqueront pas d'apprécier l'ironie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.