L'Irlande refuse toujours la taxe sur les multinationales

Le ministre des Finances irlandais a répété jeudi les motivations de l'Irlande pour refuser cette taxe souhaitée par le G20.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vue de l'immeuble de Google à Dublin, le 10 juin 2021. (ARTUR WIDAK / NURPHOTO / AFP)

Les négociations s'annoncent tendues. L'Irlande a martelé jeudi 15 juillet son opposition ferme au projet de taxation mondiale des multinationales, refusant de signer le texte validé par le G20 et 132 pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le pays, qui prospère grâce au taux avantageux de 12,5% d'impôt sur les sociétés, "ne va pas soutenir les projets tels qu'ils sont", a signifié le ministre des Finances irlandais, Paschal Donohoe, interrogé par la chaîne RTE.

"Elément clé de la politique économique irlandaise

"Ce qui est sur la table pour le montant est un accord auquel l'Irlande ne peut pas prendre part", affirme le ministre, rappelant que le taux à 12,5% "est un élément clé" de la politique économique irlandaise "depuis des décennies". Si le pays devait monter son taux, cela créerait des "problèmes" pour les entreprises qui ont investi en Irlande, dont de nombreuses multinationales, ajoute-t-il.

Le G20 prévoit d'instaurer un impôt mondial d'au moins 15% sur les profits des plus grandes firmes internationales et de répartir plus équitablement les droits à taxer ces entreprises. Les détails de cette réforme doivent être encore négociés jusqu'en octobre dans le cadre de l'OCDE pour une mise en œuvre à partir de 2023.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Facebook

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.