L'intelligence artificielle et le pillage de nos photos personnelles

L’intelligence artificielle est peut-être au bord d’un scandale interplanétaire. Les images publiées sur les réseaux sociaux se retrouvent dans des machines qui les utilisent à des fins économiques.

France 3

Toutes les photos publiées sur Facebook, Twitter, Instagram se retrouvent dans des machines puis sont utilisées par des entreprises qui s’en servent pour reconnaitre des algorithmes. "La qualité de l’intelligence artificielle se mesure à la qualité des données, explique le journaliste de France 3 Anicet Mbida. Aujourd’hui, on utilise des bases publiques de visages. Mais ces bases ont un problème, elles sont constituées de visages d’hommes, un peu clairs et quand on leur demande de reconnaître une femme avec un visage un peu sombre, on a des taux de reconnaissance qui chutent."

Manque de diversité dans la reconnaissance faciale

Et Anicet Mbida d’ajouter : "Les chercheurs expliquent qu’il faut diversifier le panel. Et ils vont cherchent ces photos sur internet. C’est comme ça qu’IBM s’est un peu fait prendre la main dans le sac." Ces photos publiques sont donc utilisées sans le consentement des usagers. "Là où cela devient un scandale, c’est quand la photo est mentionnée privée, mais on s’est rendu compte qu’une autre entreprise utilise ces photos de nos albums privés pour un double modèle économique. Ces sociétés expliquent néanmoins qu’aucune photo, ni aucun nom ne sont transmis à leurs clients." Toutes les données (sms, courriels, navigation sur internet) sont aujourd’hui des proies pour les sociétés de l’intelligence artificielle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Présentation, le 4 juillet à Bruxelles, en Belgique, de l\'ordinateur ATOS qui pourrait permettre de tester des algorithmes quantiques.
Présentation, le 4 juillet à Bruxelles, en Belgique, de l'ordinateur ATOS qui pourrait permettre de tester des algorithmes quantiques. (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG)