Internet est-il un danger pour la démocratie ?

Jeudi, Mark Zuckerberg a dû déposer devant le Congrès américain après les accusations de piratages de données de Facebook, qui concerneraient des millions d’utilisateurs dans le monde. Alors, internet est-il un danger ?

Voir la vidéo

Comme chaque jeudi, Alexandre Lacroix, directeur de la rédaction de Philosophie Magazine, revient sur un sujet d’actualité. Aujourd’hui, la place d’Internet dans la vie des gens et son potentiel danger. "La démocratie est un régime politique dans lequel chacun a une voie. On peut dire que les médias traditionnels ont beaucoup de défauts, mais ils ont été utilisés à des fins de propagande, mais ont des vertus. (…) Sur internet, vous allez rechercher des sujets qui vous intéressent déjà donc vous allez renforcer vos convictions. (…) Sur le web, on communique avec ses pairs." Mais alors, les réseaux sociaux peuvent-ils influencer les opinions ?
"Ce qui était passionnant dans l’audition de Zuckerberg, c’est qu’il a été interrogé sur les fermes de trolls. Des milliers de jeunes Russes ont été payés pour créer de faux comptes sur Facebook, se créer des amis et inonder la toile. C’est nouveau. L’espace public à l’ère du web se fragmente et se tribalise…", dit le journaliste.

Les réseaux sociaux, un poison ?

Et de préciser. "Les Russes en profitent pour remontrer monter les uns contre les autres, non seulement pour faire le jeu de Trump, mais aussi pour remonter en démocratie le peuple contre les élites et dirigeants." Les réseaux sociaux ont été présentés comme la révolution de l’information ? Mais peuvent-ils être des poisons ? "Il faut légiférer ou réguler", précise Alexandre Lacroix. Cass T. Sunstein, un célèbre philosophe, dit d’ailleurs aujourd’hui : "Dans une démocratie fonctionnant bien, les gens ne viennent pas dans des chambres d’échos ni des cocons informationnels".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des applications sur un écran de smartphone, au Royaume-Uni, en mars 2018.
Des applications sur un écran de smartphone, au Royaume-Uni, en mars 2018. (OLI SCARFF / AFP)