Cet article date de plus de cinq ans.

Il soulève la jupe d'une fille en public, la vidéo de l'agression fait scandale

A Cannes, un groupe de jeunes a agressé sexuellement une femme dans une épicerie de nuit. Postée sur Facebook, la vidéo de la scène a suscité l'indignation des internautes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de la vidéo d'agression sexuelle postée sur Facebook le 1er novembre 2015. (FACEBOOK)

Les images sont choquantes. Dans un magasin d'alimentation, un homme s'approche d'une jeune femme. Il lui soulève sa jupe jusqu'à la taille, sous les hourras de ses amis. La victime se rhabille tant bien que mal, mais son agresseur en profite ensuite pour lui claquer les fesses. Filmée avec un téléphone portable et postée sur Facebook dimanche 1er novembre avec le mot-clé #Ohpute, la vidéo de cette agression sexuelle a été partagée près de 5 000 fois sur le réseau social et a suscité plus de 1 300 commentaires, dont beaucoup indignés.

Le gouvernement informé, la vidéo supprimée

La séquence n'a pas échappé au collectif féministe Paye ta shnek. Ce dernier l'a signalé à la secrétaire d'Etat aux Droits des femmes Pascale Boistard. "Nous en avons discuté au téléphone, confirme à francetv info un membre de son cabinet. On a immédiatement transmis ces éléments au ministère de l'Intérieur." Des discussions ont été engagées avec Facebook pour supprimer la vidéo, tournée à Cannes (Alpes-Maritimes), près de la gare. Ce qui a été fait. Mercredi vers 15 heures, l'accès au profil de l'homme qui a posté la vidéo était bloqué.

Les auteurs de cet acte ne se cachent pas vraiment : l'homme qui a posté la vidéo sur Facebook mentionne six personnes dans son message. Contacté par francetv info, l'un d'eux, qui se présente comme le frère de l'agresseur, est un peu surpris. "Ça sert à quoi toutes ces questions ? Elle l'a insulté gratuitement et lui, il a fait ça", lâche-t-il. L'auteur de la vidéo n'a pas donné suite à nos messages.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.