UE : Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, fait profil bas à Bruxelles

Mark Zuckerberg s'est expliqué mardi 22 mai devant des parlementaires européens sur la sécurisation et les principes de Facebook. Son réseau social a été décrié après la vente de données personnelles d'utilisateurs.

Voir la vidéo
France 3

Mark Zuckerberg a reçu un coup de semonce de la part des députés européens qui sont restés sur leur faim. Le discours du PDG de Facebook est bien rodé. "Je m'excuse. Nous faisons parfois des erreurs nuisibles, mais je vais corriger le tir", a déclaré le patron américain devant des parlementaires de l'UE à Bruxelles. "Rien qu'en France l'an dernier, nous avons supprimé 30 000 faux comptes".

Amendes lourdes prévues

C'est insuffisant, lui ont répondu les eurodéputés, rapporte le journaliste de France 3 Pascal Verdeau. "Vous collectez même les données de citoyens qui ne sont pas sur Facebook". Il faut des régulations publiques comme les nouvelles règles européennes qui créent, dès vendredi 25 mai, de nouveaux droits pour les utilisateurs et des amendes très lourdes pour les plateformes : jusqu'à 4% de leur chiffre d'affaires mondial.

Le JT
Les autres sujets du JT
Mark Zuckerberg devant les chefs de groupes politiques du Parlement européen, à Bruxelles (Belgique) le 22 mai 2018.
Mark Zuckerberg devant les chefs de groupes politiques du Parlement européen, à Bruxelles (Belgique) le 22 mai 2018. (EBS / AFP)