Cet article date de plus de deux ans.

Facebook perd des utilisateurs : peut-être "le début de la fin", prédit un spécialiste des réseaux sociaux

Le géant californien a perdu un million d'utilisateurs quotidiens actifs en trois mois.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Le logo de Facebook sur l'écran d'un ordinateur. (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

"Cela pourrait bien être le début de la fin" de Facebook, a estimé ce jeudi sur franceinfo Fabrice Epelboin, enseignant à Sciences Po Paris, spécialiste des réseaux sociaux alors que le géant californien a perdu un million d'utilisateurs quotidiens actifs en trois mois. Meta, maison mère de Facebook et Instagram, justifie ce recul par la concurrence de Tik Tok notamment. "Le groupe continue de gagner de l'argent. Ils ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais ils ont quand même derrière eux une série d'échecs catastrophiques", dit-il. De nombreux scandales touchant à la vie privée des utilisateurs ont terni l’image du réseau social ces dernières années.

franceinfo : Facebook n’a pas su anticiper la concurrence de Tik Tok ?

Fabrice Epelboin : Il y a plusieurs virages que Facebook n’a pas anticipés. Le premier, c’est l’avenir. L’avenir de Facebook est assez incertain. Le métavers est quelque chose de lointain et pas très bien défini et on est dans une période de dévissage boursier. Donc, c'est clair que par rapport à des sociétés comme Google, Apple, Amazon ou Microsoft, dont l'avenir et la stratégie sont relativement clair, Facebook aujourd'hui n'a guère procédé qu’à des acquisitions externes qui sont de plus en plus difficiles, comme avenir à proposer au marché. Dans la mesure où la dernière grande acquisition, WhatsApp, est quand même passée par un mensonge éhonté à la Commission de Bruxelles. Facebook avait promis que les données de WhatsApp ne seraient pas réunies avec celles de Facebook. Ce qui n'a pas été le cas. Très clairement, l'avenir de cette stratégie de croissance externe s'annonce très incertain.

Facebook n’arrive plus monétiser le temps passé par les utilisateurs à regarder ses vidéos. Est-ce un problème pour eux ?

C’est lié à la stratégie d’Apple qui a décidé de protéger la vie privée de ses utilisateurs et qui, du coup, cause d'énormes problèmes à tous les acteurs dont le modèle économique est basé sur la surveillance de masse de leurs utilisateurs. Au premier rang duquel Facebook. Il n'y a pas que Facebook qui souffre de ces règles-là. Tout le marché publicitaire souffre de ces règles-là et le marché publicitaire connaîtra des dévissages similaires à ceux de Facebook. Maintenant, le cours de Facebook est tellement gigantesque. C'est évidemment celui-là qui va attirer l'attention de tout le monde.

Facebook continue de gagner de l’argent ?

Le groupe continue de gagner de l'argent. Ils ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais ils ont quand même derrière eux une série d'échecs catastrophiques. Outre leurs relations qui désormais sont exécrables avec toute forme de gouvernement où que ce soit sur la planète, leur projet de cryptomonnaie s'est soldé par une opposition nette et claire de tout ce qui peut ressembler à une instance de régulation. L'affaire, comme Cambridge Analytica a fini de faire réaliser à tous les politiques de la planète que ces technologies, potentiellement, étaient un gigantesque danger. On est vraiment dans une phase particulièrement critique de Facebook. Cela pourrait bien être le début de la fin sur Facebook. Le début d'un Facebook qui ne serait qu'une société parmi d'autres et non pas l'un des leaders de la technologie. Les utilisateurs vont continuer à disparaître pour ce qui est des plus âgés et ne pas arriver pour ce qui est des plus jeunes. Petit à petit, tout ça va décroître. Mais je ne crois pas au grand départ de Facebook. On a trop longtemps espéré ce genre de choses, notamment après chaque scandale et les scandales concernant la vie privée. Je ne pense pas qu'on va assister à un grand départ des utilisateurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.