Chine : les troubles alimentaires, un fléau chez la jeunesse

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Chine : les troubles alimentaires, un fléau chez la jeunesse
FRANCEINFO
Article rédigé par
E.Truchat - franceinfo
France Télévisions

De plus en plus de jeunes filles souffrent de troubles alimentaires en Chine. Voulant à tout prix correspondre à certains critères de beauté, elles sont nombreuses à souffrir de maladies comme l’anorexie.

L’histoire de Zhang Qinwen n’est pas un cas isolé en Chine. Cette jeune fille a longtemps souffert d’anorexie. À 23 ans, elle a frôlé la mort et a finalement dû passer par les soins intensifs, en raison de sa santé mise en danger. "À cette époque, je pesais environ 28, 29 kilos", déclare-t-elle en montrant une photo prise juste avant qu’elle soit hospitalisée. "J’avais l’impression de ne pas pouvoir marcher toute seule, mes jambes et mes pieds n’avaient plus de force", se souvient-elle. 

L’influence néfaste des réseaux sociaux

Zhang Qinwen pointe notamment du doigt la mauvaise influence des réseaux sociaux chez les jeunes de son âge. Sur ces plateformes, serait véhiculée une image stéréotypée de la femme idéale forcément mince. Par conséquent, les internautes se lancent des défis où elles tentent d’être le plus mince possible. "J’étais simplement affectée par internet et j’avais une faible estime de moi à l’époque", confie-t-elle. "En fait, je n’étais pas très grosse, mais j’avais l’impression d’être toujours un peu loin de la perfection. Et la perfection semblait sans fin."

Désormais en bonne santé, Zhang Qinwen a décidé d’alerter les jeunes de son âge sur les risques que représentent les troubles alimentaires. Elle est à l’origine d’une exposition sur le sujet à Shanghai. En Chine, aucune statistique nationale n’existe sur les troubles alimentaires, mais les hôpitaux enregistrent une hausse des demandes de traitement ces 20 dernières années. La clinique spécialisée des pathologies mentales de Shanghai a enregistré 591 cas en 2018, contre trois en 2002. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.