Cet article date de plus d'un an.

Quelques heures après son lancement, le nouveau réseau social Threads attire déjà des millions d'utilisateurs

Cette nouvelle plateforme vient d'être officiellement lancée aux Etats-Unis. Directement inspirée de Twitter, elle est développée par le groupe Meta, la maison mère de Facebook, et ne sera pas disponible tout de suite en Europe.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Capture d'écran de la page de téléchargement de Threads, sur l'App Store américain. (LORENZO DI COLA / NURPHOTO / AFP)

"Dix millions de personnes se sont enregistrées en sept heures." Quelques heures seulement après la sortie de Threads sur les marchés d'applications américains, Mark Zuckerberg annonce les premiers résultats dans un post sur son compte officiel, mercredi 5 juillet. Le patron de la société Meta se félicite du démarrage du nouveau réseau social de son groupe, fortement inspiré de Twitter.

Son nom signifie "fils" en anglais et Threads se définit, sur l'Apple Store, comme "l'application de conversations écrites d'Instagram". Annoncée depuis des mois, elle représente une alternative très attendue par les utilisateurs de Twitter, déçus par les évolutions du réseau social depuis qu'Elon Musk en a pris la tête.

Aucune date de lancement en Europe

Threads espère donc capitaliser sur les difficultés traversées par Twitter. Mais le groupe Meta doit, pour l'instant, se passer du marché européen : aucune date de lancement pour l'Union européenne n'est annoncée car Meta est dans l'attente de clarifications de la part de Bruxelles. Le nouveau règlement européen des marchés numériques, entré en vigueur début mai, impose des règles particulières aux entreprises incontournables du numérique, pour limiter leurs pratiques concurrentielles.

Dans les 27 pays de l'UE, il va donc falloir patienter avant de pouvoir se créer un compte sur Threads. Le patron d'Instagram s'est d'ailleurs dit "inquiet de voir notre fenêtre se fermer, parce que le timing est important". Selon lui, obtenir l'aval de Bruxelles pour lancer Threads dans l'UE aurait, de toute façon, pris plusieurs mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.