Cet article date de plus de dix ans.

Pour le PDG de Renault-Nissan, la voiture de demain sera une plateforme, électrique et connectée

Carlos Ghosn, a démarré le cycle de conférences du "Web 10 Paris" armé d"un argumentaire très bien maîtrisé. Le petit homme aux sourcils noirs a réussi à convaincre un public de non spécialistes sur le besoin de la voiture électrique. Son mot d"ordre : créer la voiture de demain électrique et connectée, sans jamais porter préjudice à la sécurité.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan en ouverture du Web 10 (France 2 / photo Angel Herrero Lucas)

Carlos Ghosn, a démarré le cycle de conférences du "Web 10 Paris" armé d"un argumentaire très bien maîtrisé. Le petit homme aux sourcils noirs a réussi à convaincre un public de non spécialistes sur le besoin de la voiture électrique. Son mot d"ordre : créer la voiture de demain électrique et connectée, sans jamais porter préjudice à la sécurité.

"Le besoin est la mère de l"innovation et le scepticisme son père". C"est avec ces mots que Carlos Ghosn résume son ambition pour l"électrique. Il part d"un constat éloquent : la pollution automobile représente 25% des émissions de CO2 mondiales. Un milliard de voitures sillonnent chaque jour le monde et elles seront deux fois plus en 2020 avec l"arrivée massive des marchés des BRIC"s (Brésil, Russie, Inde et Chine). Carlos Ghosn aspire donc a une "vraie révolution" automobile et écologique.

Pour y parvenir, le constructeur a investi massivement. Quatre milliards d"euros. Des chiffres à la hauteur des ambitions affichées. "Nous avons développé une gamme complète de véhicules électriques pour une vente en masse", explique le PDG. Et le pari est en passe d"être gagné puisque la Renault Leaf mise en vente aux Etats-Unis et au Japon ce mois-ci rencontre un vrai succès. "Il y a une vraie demande dans ces pays", ajoute Carlos Ghosn. Le Japon a en effet pré-commandé 70.000 Leaf et le véhicule a déjà été nommé véhicule de l"année 2011.

Les raisons d"un tel succès ? "Pas de bruit, pas d"odeur, pas de pollution et un vrai impact sur la qualité de la vie", résume efficacement Carlos Ghosn. La salle applaudit aussitôt la démonstration. Seul hic, non évoqué, le prix. Il n"y a pour l"instant aucune voiture électrique en dessous des 30.000 euros. Rouler propre a donc un prix et il est élevé.

Pour se faire une idée, Renault expose au Web 10 la Twizy. Un petit véhicule 100% électrique bien sûr, qui ressemble beaucoup à un scooter trois roues. Le modèle Twizy 45 (pour 45 km/h max) peut se conduire sans permis. Le modèle 75 quant à lui requiert un permis B classique. La voiture est une deux places, dotée d"une batterie au Lithium-ion, d"une autonomie de 100 km environ. Elle sera mise en vente fin 2011.

La voiture comme plateforme
Une fois électrique, il n"y a plus qu"un pas pour faire de la voiture une voiture connectée à internet. Et c"est la seconde ambition de Carlos Ghosn. "Nous voulons que la voiture devienne une vraie plateforme. Nous avons l"habitude de tout décider pour le client mais ce n"est pas l"avenir, prédit-il. Maintenant, nous voulons laisser décider les clients de ce qu"ils veulent dans leur voiture". Pourquoi ? "Pour que la voiture redevienne l"objet de désir numéro un des gens", explique Carlos Ghosn.

Quant Loïc Le Meur lui dit qu"il vent l"équivalent de l"iPhone en voiture, le sérieux PDG précise immédiatement un détail d"importance. "Dans un téléphone il n"y a pas la dimension de la sécurité. Vous pouvez perdre le réseau, tomber en panne de batterie, c"est pas grave. Pour nous la sécurité est une obligation première." Carlos Ghosn est donc totalement favorable aux nouvelles technologies, à condition que "rien ne déconcentre le conducteur".

>> Pour suivre France Télévisions au Web 10 sur Twitter : #Web10FTV

Voir aussi

>> Le web paris 10 - France Télévisions

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tech / Web

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.