Sommet "Choose France" : moins de gros investissements étrangers en 2019 mais plus de territoires concernés

Des sociétés du monde entier sont réunies lundi à Versailles pour le sommet "Choose France" en compagnie du chef de l'État.

Emmanuel Macron et des chefs d\'entreprises du monde entier réunis à Versailles pour le deuxième sommet Choose France.
Emmanuel Macron et des chefs d'entreprises du monde entier réunis à Versailles pour le deuxième sommet Choose France. (THIBAULT CAMUS / POOL)

Des entreprises étrangères, majoritairement américaines, ont dévoilé lundi 21 janvier pour un peu plus de 600 millions d'euros d'investissements en 2019 lors du sommet Choose France qui se tient au château de Versailles à l'initiative d'Emmanuel Macron.

Les entreprises étrangères vont faire moins de gros investissements cette année en France mais ils seront mieux répartis sur l'ensemble du territoire. En 2018, le total avait atteint 3,5 milliards d'euros sur plusieurs années dont deux milliards de l'Allemand SAP.

Industrie : des investissements sur des sites existants

Les entreprises ont annoncé des investissements industriels à hauteur de 547 millions d'euros pour l'année 2019. Parmi elles, dans le secteur de la santé, la société Microport qui prévoit 350 millions d'euros d'investissement sur cinq ans sur son site R&D de Clamart.

Autre investissement industriel, celui de l'entreprise Mars qui prévoit de déployer 120 millions d'euros d'investissement sur huit sites dont celui d'Haguenau (Bas-Rhin). Le groupe Procter&Gamble annonce lui un investissement sur le site d'Amiens (Somme) à hauteur de 50 millions d'euros.

Enfin, Mondelez investit 7 millions dans l'usine de Cestas (Gironde) qui produit les biscuits Mikado pour augmenter sa production pour le marché européen.

Entreprises de services et technologie : de nouveaux centres de R&D

L'entreprise Cisco prévoit d'investir 60 millions d'euros sur cinq ans principalement dans la recherche et l'innovation. De son côté, Microsoft a l'intention de créer un centre mondial de recherche et développement dédié à l'intelligence artificielle au siège français du groupe situé à Issy-les-Moulineaux. Et dans le domaine de l'intelligence artificielle, IBM annonce son intention d'ouvrir un centre de co-innovation d’ici deux ans

Les promesses de Google de 2018 pas entièrement tenues

Concernant l'année 2018 et le premier sommet organisé par Emmanuel Macron à Versailles, l'Elysée dresse un bilan. Toyota a ainsi embauché près de 250 CDI au 31 décembre 2018 "en ligne avec l'engagement des 300 CDI d'ici fin 2019."

Quant à Google, il avait annoncé "l’investissement dans un centre d’excellence d’intelligence artificielle, avec l’implantation de "plusieurs dizaines" d’ingénieurs" ou encore "l’implantation en France d’au moins quatre 'ateliers du numériques' (hubs) en région." Finalement, Google a bien ouvert un "centre de recherche en intelligence artificielle en septembre dernier et les premiers recrutements ont eu lieu."

Quant aux quatre ateliers, un a ouvert à Rennes, les trois autres sont prévus en cours de l'année 2019. Enfin, "200 nouveaux employés ont rejoint le bureau de Paris en 2018, permettant d'atteindre 1 000 collaborateurs."