Quand l'intelligence artificielle fait peur

Deux sociétés françaises ont fait à Nice (Alpes-Maritimes) lundi 17 décembre une démonstration de taxis autonomes déjà en service aux États-Unis. Mais tout ne se passe pas comme prévu pour Google. La population l'accepte mal.

France 3

Avec une voiture sans chauffeur, on s'imaginait avoir des problèmes techniques, des accidents, mais pas des problèmes avec la population. En fait, la police locale a relevé des dizaines d'incidents : des jets de pierre, des vitres brisées, des pneus crevés. C'est un problème d'acceptabilité de la technologie. Les fournisseurs mettent sur le marché des produits, mais ne se posent pas la question de la façon dont c'est reçu par les utilisateurs.

76% de réfractaires à la voiture autonome

L'intelligence artificielle inquiète et suscite de la défiance. Selon Ipsos, 25% des Français ne veulent pas utiliser de voitures autonomes et 51% se disent pas rassurés par cette technologie. Il faut que les entreprises s'adaptent à l'homme et non l'inverse et qu'il y ait une interaction.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture autonome de Google le 8 janvier 2016 au siège du groupe à  Mountain View en Californie (Etats-Unis).
Une voiture autonome de Google le 8 janvier 2016 au siège du groupe à Mountain View en Californie (Etats-Unis). (NOAH BERGER / AFP)