Musique : comment des chercheurs en intelligence artificielle créent des chansons, avec plus ou moins de réussite

Alors qu'elle est depuis longtemps une aide à la composition pour beaucoup de chanteurs et musiciens, depuis quelques années on voit carrément apparaître des titres créés entièrement ou presque par une intelligence artificielle. Retour sur quelques tentatives plus ou moins fructueuses.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La création musicale est (aussi) parfois une question d'algorithmes. (PHILIPPE TURPIN / MAXPPP)

Il y a 15 jours, étonnés, nous découvrions ceci : un titre, Drowned In The Sun, puis un autre, Man I Know. Deux voix qui reviennent. Deux titres qui ressemblent de manière étonnante - et un peu gênante - à ce qu'auraient pu écrire Kurt Cobain et Amy Winehouse, composés entièrement à l'aide d'algorithmes, sauf les voix enregistrées par des sosies vocaux.

À la manoeuvre, l'association canadienne Over The Bridge, qui a utilisé le programme Magenta, développé par Google, pour évoquer la santé mentale des musiciens dans le projet Lost Tapes of The 27 Club (du nom donné à ce groupe d'artistes comme Kurt Cobain, Amy Winehouse ou Jimi Hendrix, morts à 27 ans). Google donc, IBM étant aussi investi dans l'intelligence artificielle, tout comme Elon Musk avec Jukebox, ou encore Sony, qui avait frappé fort il y a quatre ans.

Daddy's Car, une pop song "dans le style des Beatles" composée en nourrissant l'intelligence artificielle de milliers de partitions. Là aussi, la voix était celle d'un humain, en l'occurrence le chanteur Benoît Carré. Pour créer un titre, il faut encore "nourrir la bête" avec une tonne de connaissances et d'exemples précis.

Du virtuel dangereusement réel

Autre exemple : I Keep Counting, composée par l'équipe Algomus, du Centre de recherche en informatique, signal et automatique de l'université de Lille.

Cette chanson est arrivée quatrième au concours AI Song Contest l'année dernière. L'idée était de créer une chanson pour l'Eurovision. Et si tous ces exemples servent plutôt des causes nobles, caritatives ou scientifiques, ce n'est pas franchement le cas du titre ci-dessous.

FN Meka, rappeur virtuel au look et aux chansons entièrement créés, sauf la voix ici encore, par une intelligence artificielle. Très suivi sur les réseaux sociaux, TikTok notamment, il ne rechigne à promouvoir aucune marque. Une sorte de rêve machiavélique pour une industrie en quête perpétuelle de nouveaux débouchés.

L'intelligence artificielle encore loin d'écrire des tubes | Reportage de Yann Bertrand
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.