Cet article date de plus de quatre ans.

Google va ouvrir un centre de recherche en France dédié à l’intelligence artificielle et créer quatre "ateliers numériques"

Le géant américain Google annonce lundi vouloir investir en France, alors que son PDG Sundar Pichai rencontre Emmanuel Macron à Versailles avec d'autres patrons de multinationales.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Stand Google au salon des entrepreneurs, à Paris, en 2016. (MAXPPP)

Google annonce lundi 22 janvier des investissements pour le numérique en France, alors que son PDG Sundar Pichai rencontre Emmanuel Macron au sommet "Choose France", à Versailles (Yvelines). Sundar Pichai veut "contribuer à faire de la France un réel champion du numérique", avec ces investissements qui concernent l’intelligence artificielle et la démocratisation d’internet.

Le géant du numérique va créer à Paris un centre de recherche fondamentale sur l’intelligence artificielle, qui travaillera sur "la santé, les sciences, l’art ou encore l’environnement", en partenariat avec la communauté scientifique française. Google promet que "leur recherche sera publiée et le code sera rendu disponible en open-source".

Former 100 000 personnes par an

Pour le grand public et les entrepreneurs, Google va ouvrir quatre "ateliers numériques Google" en 2018. Le premier verra le jour à Rennes (Ille-et-Vilaine), la Bretagne sera la "région pilote". Google ambitionne de former 100 000 personnes par an dans ces espaces qui proposeront des "formations gratuites et ouvertes à tous", "pour renforcer les compétences numériques de chacun".

Google veut ainsi "faciliter l'accès à l’emploi des étudiants, sensibiliser les familles à un usage sécurisé d’Internet". Le géant américain veut aussi "initier les plus jeunes au code informatique ou encore contribuer au développement en ligne de l’activité commerciale des PME".

La multinationale, qui dit "parier sur la France et les talents français", va recruter 360 personnes pour son siège parisien (+50%). Ce sont à terme 1 000 personnes qui travailleront dans des locaux agrandis.

Quelque 140 dirigeants de multinationales se sont retrouvés au château de Versailles, lundi, à l'invitation du président Emmanuel Macron, pour un sommet baptisé "Choose France" (Choisissez la France). Parmi eux, les patrons de géants américains, chinois ou européens, comme Coca-Cola, Facebook, Google, Goldman Sachs, UPS, Alibaba, Bosch, SAP, Ikea, Barilla, Siemens, Volvo ou Rolls-Royce.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Google

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.